Abonnez-vous pour 1€

Vers des licenciements dans les hôpitaux et les homes: «Sans plan de sauvetage, ils devront rationaliser ou arrêter d’investir dans l’avenir»

Les soignants risquent de payer un lourd tribut à la crise économique qui se profile.
Les soignants risquent de payer un lourd tribut à la crise économique qui se profile. - Photo News

« Il y a des rumeurs qui circulent au sein de mon hôpital. L’hôpital était endetté avant l’arrivée du Covid et il ne pourra faire face dans les mois à venir au coût énorme de la pandémie. Il a, par exemple, dû payer de sa poche les travaux qui ont permis l’aménagement de sas pour entrer et sortir des unités Covid, nos très nombreuses heures supplémentaires, les tissus pour fabriquer les masques et les blouses qui venaient à manquer lors du premier pic épidémique… Les rumeurs disent donc qu’il pourrait y avoir des licenciements dès la fin de la crise sanitaire. Ces inquiétudes ne circulent pas que dans mon hôpital : des collègues liégeoises et bruxelloises ont entendu la même chose. Ces licenciements toucheraient tout le monde : les soignants, les radiologues, les administratifs, le service technique, le personnel d’entretien… », nous explique une infirmière originaire de Dour qui a préféré rester anonyme.

> Des soignants de maisons de repos nous font part de rumeurs tout aussi inquiétantes : « On serait trop pour trop peu de seniors. »

> Le Dr Philippe Devos confirme ces craintes : il explique.

> Si les hôpitaux arrêtent d’investir, c’est le patient qui trinquera : « La réduction des investissements aura aussi un impact pour le patient. »

Notre sélection vidéo