Mimie Mathy à coeur ouvert: «Est-ce j’aurais été aussi forte que l’ont été mes parents?» (vidéo)

Vidéo
Mimie Mathy à coeur ouvert: «Est-ce j’aurais été aussi forte que l’ont été mes parents?» (vidéo)
Capture d’écran

Depuis 1997, Mimie Mathy enchante les téléspectateurs dans le rôle de Joséphine, l’ange gardien de la série du même nom. Près de vingt-cinq ans plus tard, la comédienne et humoriste est devenue l’une des personnalités préférées des Français.

Ce dimanche, alors que la Belgique enregistrait son 21 février le plus chaud de son histoire, le magazine «  Sept à huit » lui a consacré son portrait de la semaine. L’occasion pour celle qui est aussi la marraine des Enfoirés depuis 2008 d’expliquer à la journaliste Audrey Crespo-Mara pourquoi elle a toujours refusé le terme « naine », alors qu’elle souffre d’achondroplasie. «  Je n’aime pas ce mot, parce qu’il a été longtemps synonyme de quelque chose de réducteur, sans aucun jeu de mot », a-t-elle confié. « Le nain, jusqu’à ce que j’arrive dans le cinéma, sans aucune prétention, c’était quelqu’un de fourbe, de méchant, de cruel. Ce n’était pas un joli mot et ce n’était pas synonyme d’une jolie image. »

Précisant son objectif d’« enjoliver » l’image des personnes de petite taille, Mimie – Michèle Mathy de son vrai nom – a également avoué qu’il était pour elle inenvisageable de fonder une famille avec un partenaire de même condition. « On ne va pas faire une secte, non plus ! Non non, c’est pas mon truc  », a-t-elle défendu, avant de raconter une anecdote, suivie de son point de vue. « J’ai toujours fui… et, souvent, j’ai des personnes de petite taille qui viennent, qui se mettent au premier rang, qui me font coucou pendant le spectacle et ça c’est l’horreur ! (Rires.) Je leur dis ‘Mais arrêtez de venir en bande ! Vous mariez pas les uns les autres, vous allez faire des petits !’ Je sais pas… le monde, c’est intéressant de se mélanger, qu’on soit noir, grand, petit, blanc, jaune… Mais ne faisons pas un microcosme qui va faire qu’on devient une secte ! Je n’aime pas ça, moi ! »

À 63 ans, Mimie Mathy partage sa vie avec Benoist Gérard, son compagnon depuis plus de quinze ans. Un mari avec qui elle n’a pas eu d’enfants biologiques, bien qu’elle soit mamie de six petits enfants qu’elle adore.

«  Quand je l’ai rencontré, on s’est posé la question pour devenir parents. Ses quatre enfants ne voulaient pas d’un petit frère ou d’une petite sœur, on a essayé puis ça n’a pas marché… », a-t-elle révélé, avant d’ajouter : « J’allais pas à tout prix en vouloir du moment que dans la corbeille du mariage, il m’a emmené quatre enfants ! C’était pas grave. »

Et de confier, quelques instants plus tard, ses craintes de devenir mère : « Encore une fois, c’est mon côté ‘je veux pas créer de secte’ ! Je me suis dis, s’il est comme moi… Il y a un risque, c’est une chance sur quatre mais il y a un risque. Alors ça veut dire aussi à 45 ans, prendre le risque d’attendre l’échographie décisive au bout de quatre mois de grossesse… et de se dire : ‘Qu’est-ce que je fais ?’ Est-ce que j’aurais été aussi forte que l’ont été mes parents, je ne sais pas…  »

Un témoignage bouleversant de franchise et de sincérité.

mimie-mathy-divise-son-salaire-par-deux-pour-sauver-josephine-ange-gardien

Notre sélection vidéo