Abonnez-vous pour 1€

Grande prématurée, Lily défie tous les pronostics et s’accroche à la vie: «Chaque fois qu’elle avait un rhume, j’étais terrifiée»

Grande prématurée, Lily défie tous les pronostics et s’accroche à la vie: «Chaque fois qu’elle avait un rhume, j’étais terrifiée»
123 RF - photo illu

Le 19 juin 2009, Lily Phillips naissait trois mois en avance et devait rester cinq semaines à l’hôpital avant d’être autorisée à rentrer chez elle. « Nous avons perdu notre premier bébé et cela a été dévastateur, elle s’appelait Jessica. Je suis tombée enceinte à nouveau en décembre 2008 et nous étions les plus heureux du monde », explique sa maman à « The Liverpool Echo ». « Je n’arrêtais pas de me dire ‘Ne me laissez pas perdre mon autre bébé’ »

Lorsqu’elle avait dix mois, les médecins lui ont détecté une méningite et elle a passé 48 heures à l’hôpital à se battre pour survivre. « J’ai remarqué qu’elle était un peu pâle. Nous sommes rentrés à la maison et elle s’est mise à vomir. Nous avons téléphoné aux urgences et ils nous ont conseillé d’utiliser du paracétamol et de l’ibuprofène », raconte-t-elle. L’état de Lily ne s’améliore pas et la maman se rend donc à l’hôpital, où l’on détecte à la petite fille une méningite. Celle-ci risquait la septicémie et a été transférée aux urgences.

Mais Lily remporte une nouvelle fois son combat et se rétablit finalement doucement de la maladie, grâce aux bons soins de l’hôpital. « Il y a toujours des inquiétudes, chaque fois qu’elle avait un rhume, j’étais terrifiée. Mais elle a désormais commencé l’école et s’épanouit en gardant une bonne santé. Elle est comme les autres enfants, elle aime jouer sur son iPhone et adore Harry Potter », se réjouit la maman.

Notre sélection vidéo