Abonnez-vous pour 1€

«Je suis moi-même allé me promener», «Qu’on profite de cette météo»: les experts réagissent aux comportements des Belges face au beau temps

«Je suis moi-même allé me promener», «Qu’on profite de cette météo»: les experts réagissent aux comportements des Belges face au beau temps
Belga

Un nouveau record de température pour un 21 février a été enregistré ce dimanche à Uccle, où le mercure a atteint la valeur de 17,9ºC, a annoncé le météorologue David Dehenauw. Le précédent record, fixé à 14,6ºC, remontait à 1946.

Le record de température pour un jour du mois de février a, lui, été fixé fin février 2019, avec plus de 20ºC à Uccle. Un record qui ne devrait pas être dépassé cette année. Pourtant, les prochains jours s’annoncent également ensoleillés. Nous allons pouvoir en profiter jusque vendredi prochain, selon les prévisions. La semaine s’annonce en effet plutôt douce, avec des températures entre 16º et 18º et un temps sec. Vendredi même, le mercure devrait descendre aux alentours des 12º.

Ce parfum d’été est à l’origine de nombreuses images de foules sur les réseaux sociaux. Nos confrères de HLN ont demandé ce lundi aux experts de réagir sur le comportement des Belges face à ce beau temps.

Profiter de la météo

Steven Van Gucht rappelle qu’il est « important que les gens se tiennent encore à leur bulle de contacts, même à l’extérieur ». Le virologue de Sciensano explique cependant que « les images de ces foules sont plus impressionnantes que les rassemblements ne le sont vraiment sur le terrain ».

Il concède : « Je suis moi-même allé me promener ce week-end, c’est vrai qu’il y avait du monde sur les pistes cyclables et dans les plaines de jeux. Mais à aucun moment je n’ai eu le sentiment de ne plus être en sécurité. Je me fais davantage de souci pour ce qui se passe dans la sphère privée. Les gens sont las des mesures sanitaires et sont un peu plus laxistes. Espérons donc que le beau temps sera surtout bon pour notre moral et nous donnera l’énergie de tenir bon ».

Même son de cloche du côté de Geert Molenberghs. Le biostatisticien explique que « le virus est toujours là, et il y a bel et bien toujours un risque d’infection, même à l’extérieur ». Il reste néanmoins positif : « nous savons que le risque d’être contaminé à l’extérieur n’est pas nul, mais qu’il est faible. Nous avons déjà dû endurer tout cela tout l’hiver. Alors si possible, allons nous aérer. Il y a tellement d’avantages à cela, et la différence avec l’air respiré à l’intérieur est énorme. Alors qu’on profite de cette météo. De manière responsable, avec suffisamment de distance, et sans se retrouver au milieu de la foule ».

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo