Abonnez-vous pour 1€

Une conférence de presse «spéciale» ce lundi: «Il faut faire ce qui est nécessaire pour éviter une troisième vague»

Une conférence de presse «spéciale» ce lundi: «Il faut faire ce qui est nécessaire pour éviter une troisième vague»

Alexander De Croo fait le point sur la situation épidémiologique ce lundi, en compagnie des porte-paroles interfédéraux Steven Van Gucht et Yves Van Laethem.

Des projections scientifiques sur l’évolution possible de l’épidémie dans notre pays seront présentées par des modélisateurs. Alexander De Croo serait le seul représentant du monde politique et devrait être entouré de scientifiques. Une comparaison « neutre » des mesures belges avec celles appliquées dans d’autres pays européens serait également au programme.

Suivez la conférence de presse en direct vidéo :

Le virologue Yves Van Laethem a d’abord présenté la courbe de l’épidémie depuis le mois de septembre, avec le début de la deuxième vague. Il a ainsi montré que depuis 12 semaines, les chiffres étaient relativement stables, grâce aux mesures que nous connaissons actuellement.

« Les hôpitaux ne sont plus sous la pression intense sous laquelle ils étaient mais le plateau sur lequel nous sommes n’a rien à voir avec les 10 à 50 admissions qu’on avait en juin-juillet dernier », explique le virologue. « 6 % des gens infectés sont hospitalisés dans notre pays ».

« Les soins intensifs étaient le gros problème. Malgré que nous soyons redescendus à un niveau plus raisonnable, nous traînons depuis un certain temps au niveau des 300 lits occupés en soins intensifs, avec une certaine remontée depuis une à deux semaines », a ajouté Yves Van Laethem.

Le porte-parole interfédéral a, par la suite, évoqué les mesures prises en Belgique.

« Ces mesures, il y a moyen de les estimer. Par rapport à d’autres pays, nous sommes dans un contexte où nos limitations sont estimées à 60 alors que d’autres sont à plus de 80. Même si le ressenti est important en Belgique après de nombreux mois, elle est encore plus importante chez certains voisins », a déclaré Yves Van Laethem concernant les mesures mises en place en Belgique. « Si les choses dérapent, on risque d’avoir des mesures plus sévères et donc qui pèsent beaucoup plus ».

En conclusion, la Belgique a pu créer un équilibre entre les mesures et le virus, cependant celui-ci est « fragile » : « Le futur n’est pas un futur lointain. Il est à quelques semaines devant nous avec l’apparition du printemps. On va arriver avec une accélération nette de la vaccination. D’autre part, on a l’évolution des variants. On sait qu’ils sont plus transmissibles et l’impact qu’ils vont avoir va être extrême important pour la suite des mesures ».

« L’impact des variants va être extrêmement important »

La conférence de presse a aussi été l’occasion d’aborder la question des variants dans la suite de la stratégie belge contre le virus. « On sait qu’ils sont plus transmissibles », a expliqué Yves Van Laethem, « Et de ce fait plus délétères pour la santé. L’impact qu’ils vont avoir, se croisant avec l’impact de vaccination, va être très important pour la suite des mesures. Et ce sont les semaines et les mois et demi devant nous qui nous montreront comment ce croisement va se passer ».

Les experts présents ont ensuite présenté les modèles à long terme sur lesquels se basera le Comité de concertation.

« Restez prudents pour éviter une troisième vague. Tout le monde confirme qu’il faut faire ce qui est nécessaire pour éviter de se retrouver dans une troisième vague », a conclu Alexander De Croo. « Jusque maintenant, on a réussi en Belgique à éviter une troisième vague, donc il faut garder les précautions pour ne pas se trouver dans cette situation-là »

Notre sélection vidéo