Abonnez-vous pour 1€

ÉDITO – Vaccins: il faut oser changer de rythme

ÉDITO – Vaccins: il faut oser changer de rythme

La logistique de la campagne de vaccination, cela fait des mois que l’on y travaille. Les différentes autorités compétentes ont fait appel à d’éminents experts pour que tout se déroule au mieux et au plus vite.

Or, il faut bien reconnaître que les premiers jours de la campagne de vaccination massive n’ont pas rassuré ceux qui espèrent atteindre rapidement une vitesse de croisière. Bugs informatiques à répétition, couacs logistiques au niveau des listes de convocation, confusion importante des publics prioritaires et non prioritaires, acheminement poussif… le premier bilan n’a rien de réjouissant. Tout ceci pose question sur notre efficacité, au regard des moyens humains et financiers mobilisés depuis des mois sur cette campagne. Et puis, la polémique sur la gestion des stocks de vaccins commence à prendre de l’ampleur.

Bien sûr, la Belgique n’est pas responsable des retards dans la livraison des vaccins, négociée par l’Europe. Par contre, nos dirigeants peuvent décider à tout moment de pratiquer une gestion plus dynamique et moins conservatrice des doses. De manière assez incroyable, on garde aujourd’hui plus de 100.000 doses au frigo, de peur d’être confronté à une rupture, plutôt que de donner toutes les « premières » doses, ce qui permettrait de protéger des milliers de personnes supplémentaires. Cette stratégie de la prudence, peu de pays la pratiquent. Vu la lenteur de la vaccination et la stagnation du virus, il serait temps de faire preuve de courage et d’oser changer le rythme.

Notre sélection vidéo