Abonnez-vous pour 1€

Drame familial à Balen: les messages glaçants envoyés le soir du drame par l’adolescente, «Werner est en colère, Werner est ivre»

Drame familial à Balen: les messages glaçants envoyés le soir du drame par l’adolescente, «Werner est en colère, Werner est ivre»
Vidéo HLN

Trois personnes ont perdu la vie mercredi matin à Olmen, une section de la commune de Balen, dans la province d’Anvers. Il s’agit d’un homme de 49 ans, un policier, sa compagne de 41 ans et la fille de cette dernière, âgée de 13 ans. Grièvement blessée, elle est finalement décédée quelques heures plus tard à l’hôpital.

Selon les informations du Nieuwsblad, Werner M. était actif au sein de la police fédérale d’Anvers, après avoir travaillé pour la police de la route. Selon les médias flamands, l’homme aurait tiré sur sa compagne et la jeune fille de 13 ans, avant de se donner la mort.

Mercredi, le parquet n’avait pas souhaité communiquer davantage d’informations. Mais ce jeudi, on en sait un peu plus sur les circonstances du drame. Selon les informations de nos confrères de Het Laatste Nieuws, la veille, l’adolescente de 13 ans avait envoyé des messages inquiétants à sa meilleure amie. « J’espère que Werner n’est pas à la maison. J’ai peur », écrivait-elle dans l’après-midi, avant de lui renvoyer quelques heures plus tard. « Werner est en colère, Werner est ivre ».

Le matin avant la découverte des corps, un collègue de Werner a lui aussi reçu un email particulièrement interpellant. Le policier de 49 ans lui a adressé une lettre d’adieu en expliquant ce qu’il s’était passé. « La porte arrière de la maison est ouverte », précisait-il dans sa lettre, en demandant de prendre soin de ses deux chiens. Une équipe médicale a rapidement été envoyée sur place suite à la lecture du mail.

Toute la commune de Balen a été particulièrement choquée par le drame. « Ma fille a entendu une détonation », a témoigné une habitante. « L’homme apportait des œufs à ma fille. Il n’y avait rien à signaler, c’était une bonne famille. Je ne comprends pas ».

Mais d’autres voisins rapportent un tableau plus sombre de la famille. « Notre fille est très amie avec leur fille. Elle parlait très souvent de ce qui se passait à la maison, des bagarres, de l’alcool et de la peur qu’elle avait. La mère avait également peur de lui. Elle devait toujours être à l’heure à la maison pour qu’il ne se fâche pas. Cennet voulait que la consommation d’alcool cesse. Il avait accepté, mais avait finalement continué à boire. Et il pouvait être très agressif quand il avait bu », confie les voisins, dont les propos sont rapportés par nos confrères flamands.

Notre sélection vidéo