Abonnez-vous pour 1€

Football Leaks: le milieu du foot n’a pas fait le ménage

Christophe Henrotay et Mogi Bayat: les affaires en cours constituent les seules possibilités pour modifier les choses en profondeur.
Christophe Henrotay et Mogi Bayat: les affaires en cours constituent les seules possibilités pour modifier les choses en profondeur. - D.R.

Les révélations des Football Leaks durant toute la semaine n’ont cessé de mettre le doigt sur des pratiques nauséabondes qui avaient cours au sein du football belge dans les années pré-footbelgate. Ce scandale et les perquisitions du mois d’octobre 2018 semblaient avoir emporté tout sur leur passage, des agents (Dejan Veljkovic ou Mogi Bayat) aux arbitres en passant par les dirigeants de Waasland-Beveren et Malines. Le parquet de Bruxelles poursuivait, quelques mois plus tard, en perquisitionnant Anderlecht et le siège de l’Union belge, en inculpant Christophe Henrotay et Herman Van Holsbeeck.

Le football belge ne pouvait plus se passer d’une introspection nécessaire. Pourtant, deux ans et demi plus tard, on peut se demander ce qui a changé. Les dirigeants qui ont instauré le système et laissé les agents prendre le pouvoir sont toujours aux manettes. Seul Anderlecht a changé de direction. Les intermédiaires incriminés ont repris le chemin des stades, comme si de rien n’était. Si Dejan Veljkovic a disparu des radars, Mogi Bayat est plus puissant que jamais. Même l’anathème jeté par Anderlecht sur l’intermédiaire franco-iranien n’a pas tenu, Mogi Bayat étant intervenu à plusieurs reprises pour faire sortir des joueurs cet hiver (dont Ognjen Vranjes). Quant à l’Union belge, elle continue à cultiver les conflits d’intérêts, comme la nomination de Mehdi Bayat à sa tête en est le plus bel exemple.

►► L’Union belge a mis en place une clearing house.

►► Rien n’a changé... ou presque.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo