Abonnez-vous pour 1€

Pour Georges-Louis Bouchez, la bulle d’un contact rapproché, «c’est de la naïveté ou, pire, du cynisme!»

Pour Georges-Louis Bouchez, la bulle d’un contact rapproché, «c’est de la naïveté ou, pire, du cynisme!»
Belga

« Ce n’est pas pour rien que je m’en suis pris aux virologues », lance Georges-Louis Bouchez. « Il faut changer de communication. Il y a des mauvaises nouvelles qui sont des faits, d’autres qui sont de la spéculation. »

Il y a là un enjeu politique, dit-il : « Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi en déconfinant, mais à tout le moins donner des perspectives et des bulles d’oxygène. Un exemple : je ne comprends pas l’absurdité de faire une bulle potentiellement jusqu’à dix personnes à l’extérieur, mais de dire que passer d’un contact rapproché à deux à l’intérieur, ce n’est pas possible. Comme vous devez respecter les règles de distanciation sociale, vous devez avoir un grand jardin ou alors, vous allez au parc et vous avez les images de ces derniers jours. Cela ressemble à du dogmatisme », lance froidement M. Bouchez, « la bulle d’un contact rapproché, c’est de la naïveté dans le meilleur des cas ou du cynisme dans le pire ».

►► Pour le numéro un des libéraux, il faut être capable de prendre des règles accessibles pour recréer de l’adhésion.

►► Au passage, il tacle la conférence de presse d’Alexander De Croo et des experts de lundi.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo