Abonnez-vous pour 1€

Bruges et l’Antwerp éliminés: mauvaise opération pour le coefficient européen de la Belgique

Bruges et l’Antwerp éliminés: mauvaise opération pour le coefficient européen de la Belgique
Photo News

L’inquiétude est de plus en plus palpable et les éliminations de l’Antwerp et du Club de Bruges, ce jeudi, en seizièmes de finale de l’Europa League n’ont rien arrangé à la chose. Bien au contraire ! Le coefficient UEFA du championnat de Belgique est en berne. Cette chute libre n’est évidemment pas la conséquence d’une seule saison manquée sur la scène européenne, mais bien la succession de quatre campagnes en demi-teinte, lors desquelles aucun de nos représentants n’a été capable d’aller plus loin que ces seizièmes de finale. Alarmant.

Au début de la saison, la Belgique occupait une confortable huitième place et pouvait même entrevoir un avenir radieux avec la présence de quatre clubs dans les phases de poules (Bruges en C1, l’Antwerp, Gand et le Standard en C3). Cinq mois plus tard, le constat est amer, édifiant. Compte tenu de la sortie de route de nos clubs, le coefficient européen de la Belgique – calculé sur les résultats des cinq dernières saisons – occupe la neuvième position, dépassé par celui des Pays-Bas. Jusque-là, pas de grand bouleversement, puisque les champions des dix meilleurs pays sont directement qualifiés pour les groupes de la Ligue des champions.

Vers un retour en arrière

Mais, le pire est probablement à venir. La prochaine saison (2021-2022) sera déterminante. Pas seulement pour Bruges, d’ores et déjà lancé vers un nouveau sacre national, mais aussi pour les autres grands clubs du Royaume. Nos futurs représentants auront en effet une sacrée dose de pression à devoir gérer, car les résultats de la saison 2016-2017 ne compteront du coup plus pour le coefficient UEFA de la Belgique. Une très mauvaise nouvelle puisque, lors de cette campagne, trois équipes avaient réussi à rejoindre les huitièmes de finale de l’Europa League (Gand, Genk, Anderlecht) et deux avaient même réussi à faire durer le plaisir jusqu’aux quarts (Genk, Anderlecht).

Concrètement, si les clubs belges – qui seront engagés en Europe la saison prochaine – n’assurent pas un minimum, une fameuse épée de Damoclès s’abattra sur la tête de la Belgique. Si le coefficient national venait en effet à être encore rétrogradé au-delà de la dixième place (l’Écosse et l’Ukraine, ayant encore des représentants en lice, font trembler la Belgique), le champion de D1A ne serait même plus qualifié directement pour le grand ballet du football européen à partir de la saison 2023-2024, lequel devrait alors passer par l’étape des barrages. Et on ne parle même pas encore du dauphin, qui rentrerait encore plus tôt dans les tours préliminaires de la C1. En attendant les résultats de nos clubs la saison prochaine, une simulation du nouveau coefficient pointe la Belgique à la douzième position ! Ce qui serait dramatique, alors que l’UEFA planche sur une réforme de la Ligue des champions.

Plus que jamais, l’état d’urgence est activé… afin de ne pas devoir refaire un fameux bond en arrière.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo