Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus en Belgique: voici le calendrier du déconfinement!

Coronavirus en Belgique: voici le calendrier du déconfinement!

Un premier paquet de mesures ce vendredi. C’est ce qui semble le plus évident. À commencer par la réouverture, au 1ermars, des autres métiers de contacts (esthéticiennes, tatoueurs…). Facile : cela a déjà été décidé au dernier comité de concertation. Pas de changement de ce côté-là. Vendredi, l’interdiction des voyages touristiques (non essentiels) devrait aussi passer à la trappe. Une décision qui semble aussi s’imposer, vu la pression mise sur la Belgique par l’union européenne. La bulle des contacts pourrait-elle être élargie ? La question est sur toutes les lèvres. Ce sera sans doute le cas… à l’extérieur (de 4 à 10 personnes, nous vous en parlions déjà jeudi). Il se dit que cela pourrait aussi concerner les visites guidées (donc pas seulement les balades en famille ou entre amis). Enfin, l’enseignement ne devrait pas être oublié. La demande du supérieur de rouvrir les campus et d’y autoriser la présence simultanée de 20 % des étudiants, au plus tard le 15 mars, est très forte, de part et d’autre de la frontière linguistique. Le Comité de concertation ne devrait pas s’y opposer. Lundi soir, le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts (N-VA) évoquait la possibilité d’excursions scolaires (d’une journée maximum) à partir de la mi-mars pour les écoles fondamentales et secondaires : cela devrait également être avalisé au cours de la réunion de vendredi. Il est probable que le Comité entérine également le retour de tous les élèves du secondaire à plein-temps à l’école après les vacances de Pâques (rentrée le lundi 19 avril).

Et l’Horeca ? Trop tôt en mars. Là, nos contacts tablent sur une réouverture en avril, mais seulement en terrasse, puis en mai (sans doute) pour les tables à l’intérieur. On peut de toute façon s’attendre à un protocole très strict (oubliez les tables de 8 ou 10 personnes, distance entre les tables, fermeture avancée (à 22 heures ?), etc.). Une distinction entre les établissements qui ont une terrasse et ceux qui n’en ont pas va certainement faire hurler le secteur (recours garantis au Conseil d’État ?).

Et la culture ? Ici aussi, on évoque une différenciation entre les activités extérieures (qui pourraient être autorisées en avril, sans autre précision de date) et celles en espace intérieur (cinémas, théâtres, centres culturels) qui ne devraient pas attendre de feu vert avant le mois de mai (ou juin ?). Il semble évident que le protocole sanitaire sera également très strict (public limité à 30 ? 40 ? 50 personnes ?, etc.). Par contre, les organisateurs de festivals risquent de devoir patienter plus longtemps. Certains imaginent de leur redonner le feu vert quand 70% de la population sera vaccinée. Si c’était le cas, les festivals d’été deviendraient d’automne… Dans le meilleur des cas! On pourrait aussi en revenir à des jauges de 200 ou 400 personnes pour des événements (à l’extérieur, dans un premier temps), mais là aussi, il serait étonnant de voir cette autorisation arriver avant l’été. Quant aux fêtes foraines, elles ne devraient pas non plus êtres autorisées avant l’été. Par contre, le feu vert pourrait subvenir plus tôt pour les braderies (dès le mois d’avril ou de mai?)

Et la pratique sportive ? La ministre des Sports, Valérie Glatigny veut élargir la bulle de 4 adultes pour faire du sport en extérieur. Cela semble possible rapidement. Par contre, les entraînements et compétitions en groupe (on parle bien du sport amateur) ne devraient pas être permis avant avril (outdoor) ou mai, juin (indoor).

Et la bulle des contacts sociaux ? On a déjà évoqué son élargissement à l’extérieur. Pour recevoir chez vous plus d’un contact rapproché, il vous faudra sans doute encore attendre. certains ne semblent pas vouloir l’envisager avant mai ou juin… Là où d’autres en font une réponse à un besoin urgent. le débat risque d’être costaud…

Et le couvre-feu ? Autre débat chaud en perspective. Les avis divergent, mais la majorité de nos contacts penche pour sa disparition ou, à tout le moins, son alignement sur ce qui avait été décidé au fédéral : à savoir en revenir à minuit, au lieu de 22h en Wallonie et à Bruxelles.

Le récap
Le récap - Sudpresse

Notre sélection vidéo