Abonnez-vous pour 1€

«La seule bonne décision», «on ne le saura pas dans une semaine»: les experts réagissent suite au Comité de concertation interrompu subitement

«La seule bonne décision», «on ne le saura pas dans une semaine»: les experts réagissent suite au Comité de concertation interrompu subitement
D.R.

« Je pense que c’était la seule bonne décision », a déclaré vendredi le virologue Marc Van Ranst à VTM NIEUWS, après la décision du comité de concertation de ne pas assouplir les mesures en vigueur à cause de la situation épidémiologique.

« Les chiffres n’étaient pas bons du tout », a-t-il expliqué. Selon le virologue, le paquet de mesures actuel est suffisant mais force est de constater que les règles ont été moins bien suivies ces dernières semaines. « Tout le monde en a marre, c’est incontestable, mais le virus n’en tient pas compte. »

Plus tôt dans la journée, le virologue Steven Van Gucht a indiqué que le seuil des 200 hospitalisations quotidiennes pourrait être dépassé ce vendredi, une première depuis le 29 décembre dernier. « C’est une augmentation significative », confirme Marc Van Ranst. « C’est probablement dû aux nouveaux variants, qui sont un peu plus contagieux et apparemment un peu plus pathogènes. Espérons que ce soit un phénomène temporaire. »

Le virologue souligne que les perspectives sont positives notamment grâce aux vaccins, même si la vaccination de la population est plus lente que prévu, mais qu’il faut continuer à respecter les mesures.

« Trop court pour se confirmer en une semaine »

« Si la hausse est vraiment exponentielle, c’est trop court pour se confirmer en une semaine », analyse de son côté Yves Coppieters le plateau de la RTBF. « Il faut observer le temps de doublement des indicateurs, mais on ne le saura pas dans une semaine. »

À l’issue du comité de concertation, le ministre-président wallon Elio Di Rupo a évoqué le risque d’une troisième vague. « La question se pose de savoir si nous sommes entrés dans une troisième vague, si l’on va rester stable ou diminuer. Si on entre dans une troisième vague, on est dans une exponentielle et ça va aller très vite », a-t-il déclaré.

La hausse du nombre de cas et des hospitalisations est réelle mais il est trop tôt pour évoquer une troisième vague, a souligné Yves Coppieters. « La moitié des personnes positives sont contaminées par le variant britannique, qui se propage plus facilement. C’est ça le problème, ce variant est en train de créer une nouvelle phase épidémique. Il devrait représenter 70 % des cas en mars. »

Les vaccins utilisés restent heureusement efficaces et le Danemark est parvenu à maîtriser sa deuxième vague alors que le variant britannique représentait 70 % des cas, a-t-il cependant rassuré.

« Pas le choix »

Geert Meyfroidt, intensiviste à l’UZ Leuven, a lui aussi estimé que la décision du Codeco était la seule à prendre. « Nous devons accepter les faits dès maintenant. Je pense que lorsque vous avez 200 nouvelles admissions en un jour, vous n’avez pas le choix ».

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo