Du jamais vu dans «Mariés au premier regard»: coup de théâtre pour Laura, «je suis passée par tous les sentiments devant la tournure des événements»

Vidéo
Ce qui est arrivé à Laura était sans précédent dans l’émission
Ce qui est arrivé à Laura était sans précédent dans l’émission - RTL

La charmante institutrice de Perwez (mais qui travaille en réalité à l’école de Rhisnes, près de Namur) ne s’attendait pas au coup de théâtre qui lui est tombé dessus… sans qu’elle ait vu venir quoi que ce soit ! Ce coup de théâtre, elle nous l’a raconté en détails, tout en insistant auprès de nous pour qu’on n’en dise pas trop, pour qu’on ne « divulgâche » pas ce qu’elle considère comme un moment de télé à découvrir sans savoir ce qui va se passer.

« Je me suis sentie, dit-elle, comme sur des montagnes russes, je suis passée par tous les sentiments devant la tournure des événements. Moi qui aime tant tout contrôler, je dois bien avouer que plein de questions ont surgi dans ma tête, une vraie tornade sentimentale… »

Mais elle n’en est pas au stade de devoir regretter d’avoir participé. « Vraiment pas du tout ! J’ai 25 ans, j’étais seule depuis un an, j’ai vu l’appel que diffusait l’émission que je suivais, et je me suis dit : pourquoi pas ? Cela dit, je ne m’attendais pas du tout à ce qu’on me recontacte. Pour moi, c’était comme une bouteille à la mer, je voulais essayer et j’ai d’ailleurs été tout étonnée qu’on me rappelle. Et quoi qu’il m’arrive, je peux dire que c’est une expérience positive que je traverse. Je conseille donc aux célibataires d’y participer, mais il y a quand même une condition à respecter : il faut être à la recherche d’une stabilité, sans quoi vaut mieux pas y aller. En ce qui me concerne, j’ai appris énormément et d’abord sur moi-même ! J’ai eu un très bon contact avec les experts, en particulier avec Céline peut-être parce qu’elle est venue la première chez moi dans mon quotidien et que ça s’est très bien passé… Maintenant, c’est comme un saut dans le vide, il faut accepter qu’on ne maîtrise pas tout, même si moi, je préfère quand c’est le cas… »

Covid oblige, la jeune femme a reçu peu de retours sur sa participation. « À l’école, pas mal de mes élèves m’en parlent pour me tirer des vers du nez sur ce qui va se passer. Beaucoup d’entre eux sont aussi en questionnement par rapport au concept du mariage minute… Mais je n’ai pas pu en parler avec leurs parents. Le contexte fait qu’on ne peut en croiser aucun… »

Notre sélection vidéo