Golden Globes: Netflix l’emporte grâce à «The Crown», «Le jeu de la dame» et Chadwick Boseman

Vidéos
Golden Globes: Netflix l’emporte grâce à «The Crown», «Le jeu de la dame» et Chadwick Boseman
Netflix

Est-ce une surprise ? Ce dimanche à la 78e édition des Golden Globes, les séries de Netflix « The Crown » et « Le jeu de la dame » se sont taillé la part du lion. La première, dont la saison 4 a été lâchée le 15 novembre, a été sacrée (à raison) Meilleure Série dramatique de l’année, et les interprètes de Diana Spencer, Charles d’Angleterre et Margaret Thatcher, à savoir Emma Corrin, Josh O’Connor et Gillian Anderson ont également été salués. Quant à la seconde, « Le jeu de la dame », elle fut déclarée Meilleure Mini-série et Anya Taylor-Joy repart avec le Golden Globe de la Meilleure Actrice de Mini-série. Hip hip hip hourra !

Côté films, Netflix a aussi marqué des points : l’Anglaise Rosamund Pike a décroché le prix de la Meilleure Actrice de film d’humour pour « I Care A Lot ». Et à titre posthume, le regretté Chadwick Boseman a reçu le Golden Globe du Meilleur Acteur dans un film dramatique pour « Le Blues de Ma Rainey ». Quant au trophée du Meilleur Scénario, il est revenu à Aaron Sorkin pour « Les Sept de Chicago ». Ça fait donc 9 victoires d’importance !

Assurément, 2020 a été l’année de l’envol, en flèche, du streaming, puisqu’Amazon Prime Video est l’autre vainqueur de cette cérémonie. Sacha Baron Cohen, d’abord, a été sacré Meilleur Acteur de Film d’Humour pour son « Borat : nouvelle mission filmée », qui fut déclaré, pour sa part, Meilleur Film d’Humour de l’année. Et dans un autre registre, Chloe Zhao, l’une des trois femmes nommées dans la catégorie « Meilleur réalisateur », l’a emporté pour « Nomadland », qui est aussi le film dramatique préféré de l’Association des Journalistes Étrangers de Hollywood.

Cette fameuse association, appelée HFPA de l’autre côté de l’Atlantique, est en train de connaître de très grosses turbulences. En août dernier, elle était traînée en justice par la journaliste norvégienne Kjersti Flaa, qui a tenté d’en devenir membre, mais a été recalée car d’autres reporters scandinaves, déjà dans la place, la voyaient comme une menace. Flaa accuse la HFPA, qui ne compte que 87 membres, d’être un cartel illégal qui, entre autres dysfonctionnements, n’est pas représentatif de l’ensemble des journalistes étrangers résidant à Los Angeles.

Il y a moins d’une semaine, la même HFPA a été éclaboussée par une autre affaire : le fait que certains de ses membres aient eu la patte graissée par l’équipe de production d’« Emily in Paris » (Netflix), qui s’est donc retrouvée nommée dans les catégories « Meilleure série d’humour ou musicale » et « Meilleure Actrice de série d’humour ou musicale ». Deborah Copraken, scénariste de la série, a reconnu elle-même que ces nominations étaient évidemment le résultat d’une quelconque malhonnêteté.

Enfin, ce samedi, un autre gros pavé a atterri dans la mare de la HFPA : l’information stupéfiante que l’association ne compte aucun membre afro-américain ! Un véritable séisme qui, ajouté au reste, a fait naître sur les réseaux sociaux (Instagram, Twitter), le mouvement #TimesUpGlobes, qu’ont immédiatement suivi et commenté des dizaines de stars, parmi lesquelles Chris Hemsworth, Mark Ruffalo, Amy Schumer, Rashida Jones, Ellen Barkin, Amber Tamblyn.

La soirée en détail

C’est dans ce contexte nauséabond, et sous Covid, que la remise de prix eut lieu ce dimanche, avec à la présentation, d’une part, Amy Poelher, à l’International Ballroom de l’Hôtel Beverly Hilton de Beverly Hills, et Tina Fey à New York, précisément dans la « Rainbow Room » (« Chambre Arc-En-Ciel »), située au sommet du Rockefeller Center. Dans la bande-annonce, les deux copines prévenaient avec cynisme que « cette année, les enjeux n’ont jamais été aussi bas » et qu’il s’agissait sans doute de la toute dernière cérémonie hollywoodienne. Ce qui est évidemment faux. En revanche, elle fut loin d’être passionnante, à cause bien sûr des règles sanitaires qui ont obligé les nommés à rester chez eux, et qu’on a donc vus dans des petits écrans, certains avec leur petite bouteille de champagne, leur petite tenue glamour de couturier(s) ou leur petit smoking. C’était assez déprimant et pathétique souvent. Autant à New York qu’à Los Angeles, plusieurs stars sont venues en personne, ainsi Laura Dern, Angela Bassett, Justin Theroux, Salma Hayek, Kyra Sedgwick, Kevin Bacon, Sterling K. Brown, Sean Penn, Ben Stiller (qui a fait un pain à la banane en forme de Golden Globe), Margot Robbie, Jamie Lee Curtis, Renée Zellweger, Joaquin Phoenix, Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones…

Aucun Afro-américain parmi les votants ? « On promet que ça va changer ?

Habillées en noir et face à un public physiquement présent, mais clairsemé, attablé et masqué, les deux humoristes ont attaqué, virtuellement côte à côte, avec une intro très enlevée où Tina a rapidement mentionné que la HFPA ne comptait aucun membre noir. Amy a aussi tenté de désamorcer les choses par rapport à la colère de beaucoup face aux choix de la HFPA, cette année. Vingt-huit minutes après le début du show, trois membres éminents de la HFPA, Helen Hoehne, Meher Tatna et Ali Sar sont brièvement apparus sur la scène du Ballroom au Hilton Hotel pour dire que l’association avait encore du travail à accomplir, et promettait qu’elle allait corriger le tir, et donc rapidement accueillir des membres afro-américains. Un moment étrange.

Un couac technique s’est produit d’entrée de jeu quand Daniel Kaluuya, sacré Meilleur acteur dans un second rôle pour « Judas et le Messie Noir » (HBO Max), est apparu de chez lui, avec l’image mais sans le son. John Boyega fut ensuite salué pour sa prestation dans la mini-série (« Small Axe », Amazon Prime Video). Comme aux Emmys, la Canadienne O’Hara a remporté le Golden Globe de la meilleure actrice dans une série d’humour pour le tordant « Bienvenue à Schitt’s Creek », toujours inédit en Belgique.

« Soul » de Pixar/Disney a été sacré Meilleur Film d’Animation. Récipiendaire du Golden Globe du Meilleur Acteur dans une mini-série pour « I Know This Much is True », Mark Ruffalo a plaidé pour diverses causes, dont la protection de la Mère Terre. Aux côtés de sa femme et ses enfants, il était assailli par l’émotion. Le prix du meilleur scénario a été attribué à Aaron Sorkin pour « Les Sept de Chicago », récompense importante pour Netflix. Sorkin a insisté sur le côté crucial de la démocratie ! Puis, on a eu droit à un sketch débile de Maya Rudolph et de son frère « pour du faux ». A été ensuite rendu un hommage au grand scénariste de télé Norman Lear, champion des sitcoms dans les années 70, qui est âgé de 98 ans !

Après deux heures de show, l’immense Jane Fonda, 83 ans, a été, elle aussi, saluée, et pas un peu, puisque lui a été décerné le Cecil B. DeMille Award, symbole d’une carrière extraordinaire. Sur scène à Los Angeles, elle a axé son discours sur son rôle de raconteuse d’histoires… et terminé sur l’importance que chacun, toutes races et horizons confondus, raconte son histoire. La voici !

Autre vrai moment fort de la soirée : la surprise et l’émotion de la jeune Emma Corrin, récompensée dans la catégorie « Meilleure Actrice de pour son interprétation de Lady Diana dans la saison 4 de « The Crown ». Une demi-heure plus tard, son partenaire Josh O’Connor, alias Charles dans la série, a décroché le Golden Globe du Meilleur Acteur de Série Dramatique.

Jason Sudeikis avait l’air complètement décontenancé, et était un peu bizarre et incohérent en livrant son speech de remerciement après avoir été récompensé pour son interprétation dans la série « Ted Lasso ». « Bienvenue à Schitt’s Creek » a été sacré « Meilleure Série d’Humour ».

Trop heureuse, l’Anglaise Rosamund Pike a reçu le Golden Globe de la Meilleure Actrice dans un film d’humour pour sa performance dans « I Care A Lot » de Netflix. Même bonheur pour Jodie Foster qui, aux côtés de sa femme Alex et leur chien, a crié sa joie de remporter le Golden Globe de la Meilleure Actrice dans un second rôle, pour sa performance, en avocate, dans « Le Mauritanien », toujours inédit en Belgique. Gilliam Anderson ne s’attendait pas non à recevoir la statuette de la Meilleure Actrice dans un second rôle de série dramatique pour sa composition de Margaret Thatcher dans « The Crown ».

Chadwick Boseman, décédé en août dernier à 43 ans, a été sacré Meilleur Acteur dans un film dramatique pour « Le Blues de Ma Rainey », de Netflix. En larmes, sa veuve Taylor Simone Ledward a parlé en son nom, l’a loué, et a terminé en disant qu’elle le sentait près d’elle.

Côté films d’humour, Sacha Baron Cohen a (encore) raflé la mise, élu Meilleur Acteur de Film d’Humour pour « Borat : nouvelle mission film », par ailleurs le film d’humour préférence de la HFPA. Aux côtés de sa femme Isla Fisher, sa joie était très palpable !

Andra Day a été déclarée Meilleure Actrice de film dramatique pour sa prestation en Billie Holiday dans « The United States vs. Billie Holiday », produit du service de streaming américain Hulu.

Chloe Zhao, l’une des trois femmes nommées dans la catégorie « Meilleur réalisateur » (une première !!), a décroché la timbale pour son « Nomadland » (Amazon Prime Video), qui repart avec le trophée du Meilleur Film Dramatique. Elle est la seconde femme réalisatrice à gagner un Golden Globe. La première était Barbra Streisand, pour « Yentl », il y a juste quarante ans !

LES LAUREATS

SERIES

Meilleure série dramatique : « The Crown »

Meilleure série d’humour : « Bienvenue à Schitt’s Creek »

Meilleure mini-serie ou téléfilm : « The Queen’s Gambit »

Meilleur acteur de série musicale ou d’humoristique : Jason Sudekis – « Ted Lasso »

Meilleure actrice dans une série d’humour ou musicale : Catherine O’Hara – « Schitt’s Creek »

Meilleur acteur de série dramatique : Josh O’Connor – « The Crown »

Meilleure actrice de série dramatique : Emma Corrin – « The Crown »

Meilleur acteur de mini-série ou de téléfilm : Mark Ruffalo – « I Know This Much is True »

Meilleure actrice de mini-série ou de téléfilm : Anya Taylor-Joy – « The Queen’s Gambit »

Meilleure actrice dans un second rôle de série, mini-série ou téléfilm : Gillian Anderson « The Crown »

Meilleur acteur dans un second rôle de série, mini-série ou téléfilm : John Boyega – « Small Axe »

FILMS

Meilleur film musical ou d’humour : « Borat : Nouvelle Mission Filmée »

Meilleur film dramatique : « Nomadland »

Meilleur film en langue étrangère : « Minari » (Etats-Unis)

Meilleur scénario : Aaron Sorkin « Les Sept de Chicago »

Meilleure chanson originale : IO SI (Seen) – « The Life Ahead »

Meilleur acteur dans un second rôle : Daniel Kaluuya – « Judas and the Black Messiah »

Meilleure actrice dans un second rôle : Jodie Foster – « Le Mauritanien »

Meilleur acteur de comédie ou film musical : Sacha Baron Cohen – « Borat : nouvelle mission filmée »

Meilleur film d’animation : « Soul » de Disney/Pixar

Meilleur acteur de film dramatique : Chadwick Boseman – « Le Blues de Ma Raines »

Meilleure actrice de film dramatique : Andra Day – « The United States vs. Billie Holiday » (Hulu)

Meilleure actrice de comédie ou de film musical : Rosamund Pike – « I Care A Lot »

Meilleur acteur de comédie ou de film musical : Sacha Baron Cohen – « Borat Subsequent Moviefilm »

Meilleur réalisateur (film) : Chloe Zhao – « Nomadland »

Meilleure musique originale : « Soul »

Notre sélection vidéo