«For All Mankind»: Joel Kinnaman nous parle de son personnage dans la saison 2

Dix ans se sont écoulés depuis qu’Ed (Joel Kinnaman) et sa femme Karen (Shantel VanSanten) ont perdu leur enfant…
Dix ans se sont écoulés depuis qu’Ed (Joel Kinnaman) et sa femme Karen (Shantel VanSanten) ont perdu leur enfant… - Apple TV+

Ce 26 février, Apple TV+ a mis sur orbite la saison 2 de la série visuellement splendide « For All Mankind » (« Pour toute l’humanité »), dont la première avait immédiatement surpris. En effet, comme « The Man In The High Castle », elle réimaginait l’Histoire, en l’occurrence les débuts de la conquête spatiale… Et inversait même sa vapeur ! On y voyait non pas l’Américain Neil Armstrong, mais le Russe Leonov être le premier homme à marcher sur la Lune ! Un changement qui en entraîna d’autres, d’abord pour la NASA, désormais en seconde position dans la course aux étoiles…

Lorsque s’ouvre la saison 2, nous sommes en 1983, soit environ dix ans après la fin de l’action de la première. Ronald Reagan est président, c’est l’escalade dans la Guerre Froide, et la NASA est amenée à participer aux bras de fer militaire entre l’URSS et les Etats-Unis. Quant à la base coloniale lunaire de Jamestown, elle a pris de l’expansion pour accueillir plus d’astronautes et de matériel. Son chef Edward dit Ed Baldwin, personnage fictif – et pas très diplomate – joué par Joel « Suicide Squad » Kinnaman est toujours marié à Karen (Shantel VanSanten), et ils ont adopté une fille, Kelly, qui travaille avec sa maman. À la fin de la saison 1, le couple avait perdu son fils, Sam, alors qu’Ed était toujours sur la lune.

« Ils ont connu la tragédie ultime pour une famille, et en tant qu’acteur, jouer ce genre de trauma était un défi énorme », nous a expliqué Joel Kinnaman. « Cela constituait pour moi la partie la plus excitante de ma performance. J’avais hâte de montrer comment Ed vit cela, lui qui est généralement dans le contrôle et avare en émotions. Mais quand j’ai reçu les premiers scripts, je vois qu’il est plus heureux et semble en paix avec la vie. J’ai d’abord trouvé ça très frustrant… Mais bien sûr, les scénaristes ont réfléchi à tout ça plus que je ne l’avais fait. Quand quelque chose est trop flagrant dans une œuvre artistique, il faut toujours la livrer avec des contrastes. Et puis, ici, dix ans se sont écoulés. Les blessures n’ont toujours pas cicatrisé et ne le feront jamais. Mais elles ne sont plus à la surface. Et quand elles se manifestent, c’est d’une manière inattendue. Ça a été une expérience pour moi d’exprimer la douleur de façon imprévisible. Mais c’est la vraie vie. Je suis définitivement un mauvais scénariste car je n’avais pas imaginé ça. »

Il poursuit : « Il y a une grande université qui a fait, pendant trente ans, une vaste étude sur la personnalité. Et elle démontre que, tous les dix ans, on devient quasiment une nouvelle personne. Physiquement, toutes nos cellules se sont régénérées, mais aussi on est très différent sur le plan psychologique. Moi, j’étais une merde il y a dix ans, et je suis plutôt un chouette gars maintenant (rires). J’ai une vision de la vie tellement différente aujourd’hui, je sais davantage ce qui est important… C’était donc intéressant de faire ce saut dans le temps avec Ed. »

Joel s’est fiancé avec la mannequin Kelly Gale, de quinze ans sa cadette !
Joel s’est fiancé avec la mannequin Kelly Gale, de quinze ans sa cadette ! - Isopix

L’acteur suédois de 41 ans nous a par ailleurs dit que la première saison ne reflète pas ce qu’est vraiment la série. « Elle donne à voir quelque chose de beaucoup plus grand, et on va commencer à le comprendre dans cette saison 2, qui sera, comme on le sait maintenant, suivie par une troisième. »

Si vous n’avez pas encore attaqué la 2e, évitez de lire ce qui suit. Toujours à Jamestown, Ellen (Jodi Balfour) se réjouit de passer le flambeau et rentrer à la maison. Sur Terre, Tracy (Sarah Jones), prenant de court son ex-mari Gordo (Michael Dorman), annonce son mariage avec un autre homme. Une éruption et une tempête solaires menaçant notre planète, mais aussi Skylab et Jamestown doivent être gérées par la NASA. Sans la protection de la Ceinture Van Belt et de l’atmosphère de la planète bleue, les astronautes sont obligés de s’abriter et d’attendre. Tous y parviennent sauf deux, restés sur la surface de la Lune. Molly (superbe Sonya Walger) se réfugie dans un tube de lave mais voit dans son téléscope que son collègue s’est écrasé à proximité. Elle refuse de l’abandonner, et quitte donc son refuge…

Notre sélection vidéo