Abonnez-vous pour 1€

ÉDITO – Football panique dans la vaccination

ÉDITO – Football panique dans la vaccination

Pour éviter de devoir jeter à la poubelle des milliers de doses qui risquaient d’être périmées, des responsables de centres locaux ont dû vacciner à la hâte, presque au hasard, sans tenir compte des groupes prioritaires.

Dans le Brabant wallon, par exemple, on a dû appeler des institutrices pour les vacciner à toute vitesse. A Bruxelles, on a convoqué en renfort d’autres médecins, pour ne pas jeter les précieuses doses. Scènes identiques à Charleroi et sans doute dans bien d’autres antennes du pays. Ici des policiers, là, la Ligue Braille…

Que nous dit cette séquence qui serait presque comique s’il ne s’agissait d’une calamité nationale ? Tout d’abord, cela confirme l’échec retentissant de notre stratégie de vaccination. L’extrême prudence de nos autorités, la grande rigidité du système mis en place et la lourdeur de notre gestion ont fait de notre pays l’un des plus mauvais élèves européens.

Malheureusement, la prise de conscience tardive de nos erreurs ne garantit pas une inversion de tendance rapide. Les délais restent très longs, les temps de réaction incroyablement poussifs et le nombre d’intermédiaires nécessaire avant de valider un changement de cap trop nombreux. Poussés par la pression médiatique et de l’opposition, nos ministres ont reconnu le problème. C’est un premier pas important. Le second, encore plus décisif, serait de présenter une nouvelle stratégie au plus tard pour le Codeco de ce vendredi.

Notre sélection vidéo