Abonnez-vous pour 1€

Un adolescent de 16 ans grièvement blessé à la suite d’une course-poursuite avec la police à Bordeaux: «Une dizaine de balles ont été tirées»

course poursuite
course poursuite - Capture d’écran de la vidéo

Vers 23H30, le conducteur qui roulait « à très vive allure » à bord d’une Audi RS3 immatriculée en Pologne, avec au moins deux autres occupants, a été pris en chasse par les policiers de la BST (brigade spécialisée de terrain) dans des rues du centre de Bordeaux après avoir refusé de se soumettre à un contrôle de police, a relaté la source proche de l’enquête. Les agents ont reçu le renfort de la compagnie départementale d’intervention, pour tenter d’intercepter le véhicule et le prendre en tenaille.

« Blessé sous l’impact du choc »

En voulant s’échapper, le jeune homme a percuté l’une des voitures de police dans lequel se trouvait un fonctionnaire, qui a été « blessé sous l’impact du choc », a indiqué le parquet de Bordeaux à l’AFP.

Tandis que le conducteur reprenait sa course folle, « trois fonctionnaires de police » ont fait « usage de leur arme à plusieurs reprises », a ajouté le parquet. Au total, une « dizaine de balles ont été tirées », selon la source proche de l’enquête.

Une course-poursuite aux lourdes conséquences

Connu des services de police, notamment pour des délits de fuite et de violences, le conducteur a continué à rouler pendant « quelques centaines de mètres avant de s’immobiliser » sur un axe des quais de la Garonne, « grièvement blessé » par des tirs, a ajouté la même source. « Touché au niveau du thorax par plusieurs balles », le conducteur mineur a été opéré dans la nuit. Son état semblait « stabilisé » mardi matin, selon le parquet de Bordeaux. Un passager qui avait pris la fuite à pied a été rattrapé et placé en garde à vue, selon le parquet qui précise que le nombre d’occupants est en cours de vérification.

L’enquête ouverte pour « tentative d’homicide sur personnes dépositaires de l’autorité publique » et « refus d’obtempérer » a été confiée à la police judiciaire. En parallèle, le ministère public a saisi l’Inspection générale de la police nationale, la « police des polices », de « l’enquête s’agissant de l’usage des armes par les fonctionnaires de police ».

Notre sélection vidéo