Abonnez-vous pour 1€

Les changements dans la stratégie de vaccination qui vont faire du bien à la Belgique: «Nous gagnerons une semaine ou deux sur le calendrier»

Les changements dans la stratégie de vaccination qui vont faire du bien à la Belgique: «Nous gagnerons une semaine ou deux sur le calendrier»
Belga image

On le sait, la stratégie de vaccination est au cœur de tous les débats depuis plusieurs jours. Si les experts et les politiques ne prévoyaient pas de gros changements dans la campagne initialement prévue par la Belgique, force est de constater que les choses bougent avec notamment deux modifications majeures qui permettraient de gagner du temps.

Le fait que les personnes de plus de 55 ans puissent recevoir le vaccin d’AstraZeneca et de Pfizer combiné l’augmentation de l’attente entre les deux injections fait à l’experte Inge Neven qu’elle « pense que nous gagnerons une semaine ou deux [sur le calendrier] ».

Pour plusieurs spécialistes, ces nouvelles ne peuvent être que bonnes. « Nous allons pouvoir vacciner le groupe des plus de 85 ans qui vivent à la maison dans un délai très court, peut-être dès la semaine prochaine », explique Jan De Maeseneer, professeur émérite de médecine familiale, dans « Terzake ». « Il ne faudra pas attendre plus d’une semaine avant de pouvoir commencer à travailler sur les plus de 75 ans également », poursuit-il.

Les trois recommandations du Conseil supérieur de la santé

Pour rappel, le Conseil supérieur de la santé a estimé hier soir que le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 peut être utilisé chez les personnes de plus de 18 ans sans limite d’âge supérieur, a déclaré mardi lors d’une conférence de presse en ligne Yves Van Laethem, le président de sa section vaccination. Par ailleurs, si un allongement du délai entre deux doses Pfizer/BioNTech s’avérait strictement nécessaire, le CSS recommande 35 jours et non 42.

Le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke avait demandé vendredi au Conseil Supérieur de la Santé (CSS) de se pencher sur trois questions supplémentaires en lien avec la stratégie de vaccination en Belgique. La première était relative à l’administration du vaccin AstraZeneca aux plus de 55 ans, la deuxième concernait le délai entre deux doses du vaccin Pfizer et la troisième portait sur la possibilité d’une dose unique du vaccin au lieu de deux. Les experts du CSS se sont réunis et leurs recommandations sur ces points ont été présentées mardi lors d’une conférence de presse.

Au sujet du vaccin d’AstraZeneca, l’organe d’avis scientifique estime désormais qu’il peut être utilisé chez les personnes de plus de 18 ans sans limite d’âge supérieur. Ce vaccin n’était jusqu’ici pas autorisé pour les plus de 55 ans en Belgique, une décision prise voici quelques semaines en raison du manque de données sur l’efficacité du produit sur la population plus âgée. Depuis, les résultats d’études anglaises et écossaises notamment ont cependant démontré que le vaccin protège bien les plus de 55 ans.

L’étude écossaise par exemple est « encourageante à plus d’un titre », souligne le CSS. Elle a été réalisée sur un grand nombre de personnes âgées de plus de 55 ans et montre une efficacité « conséquente » du vaccin (81 %) contre le risque d’hospitalisation pour les personnes âgées de 80 ans et plus. Cette étude montre une efficacité du vaccin AstraZeneca « du même ordre de grandeur que celle du vaccin Pfizer, y compris sur les personnes âgées », a pointé Yves Van Laethem. En outre, l’OMS et l’Agence européenne des médicaments (EMA) le recommandent chez les personnes de plus de 18 ans et sans limite d’âge.

Par rapport à un allongement éventuel du délai entre les deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech, le CSS est d’avis que l’administration de la 2e dose « doit rester aussi proche que possible des 21 jours recommandés », a expliqué Yves Van Laethem.

Si, toutefois, un allongement du délai était « strictement nécessaire » et qu’on « y gagnait quelque chose en termes de santé publique », l’allongement préconisé par le Conseil supérieur de la santé est de préférence de 35 jours plutôt que 42. Et ce « par mesure de prudence, sur base de l’étude écossaise et dans l’attente d’autres données ». « Cette recommandation doit néanmoins se décider dans le cadre de circonstances épidémiologiques justifiant une accélération de la vaccination (1e dose) », insiste l’organe d’avis scientifique.

Enfin, « aucune donnée scientifique ne soutient comme suffisamment efficace l’administration d’une dose unique » de l’un des trois vaccins contre le Covid-19 disponibles en Belgique, soit ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca. « Le Conseil supérieur de la santé ne souhaite donc pas se positionner sur ce point à ce jour. »

Il s’agit bien de recommandations formulées par le Conseil supérieur de la santé, a rappelé Yves Van Laethem. La taskforce vaccination doit encore se prononcer.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo