Abonnez-vous pour 1€

Disparition de Delphine Jubillar: un proche révèle les menaces de son mari, «je vais la tuer, je vais l’enterrer et personne ne la retrouvera»

Disparition de Delphine Jubillar: un proche révèle les menaces de son mari, «je vais la tuer, je vais l’enterrer et personne ne la retrouvera»
D.R.

Depuis près de trois mois, c’est le mystère qui agite la France entière. Qu’est-il arrivé à Delphine Jubillar ? Alors que le mystère autour de la disparition de la jeune femme reste entier, un membre de la famille de Cédric Jubillar fait d’inquiétantes révélations et pointe du doigt le mari de l’infirmière. Le proche s’est confié à nos confrères de France Bleu.

Il décrit Delphine comme une « femme adorable, très douce, très gentille, quelqu’un qui a la joie de vivre, qui aime ses enfants, son travail, une femme heureuse ». « Elle aime passer des moments avec ses enfants, elle se repose très peu le matin pour pouvoir être disponible la journée, l’après-midi, pour faire des gâteaux, des choses avec ses enfants pour après, le soir, repartir travailler ». La personne, qui a souhaité garder l’anonymat, expose également le quotidien fatiguant de la jeune maman. « Elle travaille de nuit, ne se repose que le matin et gère ensuite tout le quotidien de la maison. (…) Et cela, sans aucune aide, parce qu’il (ndlr : Cédric) n’était pas d’une grande aide ».

Pour ce proche des Jubillar, la thèse de la disparition volontaire ne tient pas. Il rappelle que Delphine voulait quitter son mari et demander la garde exclusive des enfants. « La situation à la maison devenait invivable pour elle. (…) Elle prévoyait après les fêtes pour ne pas les chambouler, elle voulait les prendre et pour le mois de janvier aller être hébergée chez une collègue de travail. (…) C’est elle qui subvenait à tous les besoins de la famille, parce que lui n’avait pas vraiment de travail. Entre le confinement, et tout ce qui s’est passé, en étant autoentrepreneur, il avait perdu beaucoup de contrats ».

Il assure avoir entendu, « plusieurs fois avant la disparition », des menaces de la part de Cédric. « On l’a entendu dire à sa mère : « Oui je vais la tuer, je vais l’enterrer, personne il va la retrouver. Elle veut me quitter, elle veut demander le divorce » ». « Déjà, il savait qu’il allait tout perdre, il savait qu’il allait devoir recommencer tout depuis le début. (…) Du jour au lendemain, se voir perdre tout, ça peut rendre fou un homme ».

Ses révélations sont vivement démenties par l’avocat de Cédric Jubillar. Maître Jean-Baptiste Alary dénonce un tribunal de la morale populaire contre son client. « Il est montré du doigt par les procureurs des réseaux sociaux, qui le traduisent devant le tribunal des réseaux sociaux ». L’avocat assure qu’il n’y a pas de « guerre intrafamilliale ».

Le maître assure que son client n’est pas responsable dans la disparition de Delphine. « L’intervention des chiens de la brigade cynophile laisse penser qu’elle a quitté la maison, s’est déplacée de nuit, jusqu’à 200 ou 300 mètres (…) avant de s’évaporer très clairement. Là, on peut imaginer qu’à cet endroit, elle est montée, de gré ou de force, dans un véhicule qui l’amènera, ce qui justifie la perte de trace olfactive de la part des chiens ».

Notre sélection vidéo