Abonnez-vous pour 1€

«La nuit, le bruit nous réveille, ils grattent, courent dans les murs...»: Sammy et ses enfants sont forcés de vivre dans une maison infestée de rats

«La nuit, le bruit nous réveille, ils grattent, courent dans les murs...»: Sammy et ses enfants sont forcés de vivre dans une maison infestée de rats
Capture vidéo

En Belgique, certaines personnes vivent dans des conditions déplorables et dénoncent l’état insalubre de leur logement. Un problème qui n’existe malheureusement pas que chez nous : Sammy Thompson, une Britannique de 28 ans, doit débourser 400 euros pour faire face à une infestation de rats dans sa maison… Sauf qu’elle n’en a pas les moyens.

L’infestation a commencé dans le salon, lorsque Sammy a trouvé une colonie de rats sous le plancher. Le sol de sa cuisine et du couloir a été rongé et elle a même filmé un rat courant dans sa salle de bains. La maman célibataire qui réclame un crédit universel, mais les autorités estiment qu’elle doit faire venir elle-même des exterminateurs de parasites.

Elle a obtenu un devis de 400 euros, un coût qu’elle ne peut tout simplement pas se permettre avec ses modestes revenus. « Pour une famille, il est dégoûtant et incroyable de devoir vivre comme ça au 21e siècle », déplore-t-elle. « Nous sommes coincés dans une maison qui est infestée de rats de haut en bas, je n’ai nulle part où aller et personne ne veut m’aider », ajoute-t-elle.

« Mes garçons et moi vivons à l’étage parce que le rez-de-chaussée est envahi et qu’ils sont porteurs de maladies qui peuvent provoquer de graves affections… Il n’est tout simplement pas sûr de vivre en bas », indique-t-elle. « La nuit, nous sommes réveillés par le bruit : les rats grattent, mâchent et courent dans les murs et le grenier. »

De nombreuses autorités locales offrent des services de lutte antiparasitaire gratuits ou subventionnés aux résidents, mais le conseil municipal de Middlesbrough a supprimé ses services pour les maisons privées dans le cadre d’un exercice de réduction des coûts il y a plusieurs années.

La semaine dernière, il a été demandé aux conseillers municipaux d’envisager la réintroduction d’une alternative « à bas prix » pour les résidents, avertissant que beaucoup d’entre eux ne pouvaient pas se permettre les frais des entreprises privées. Le conseil municipal de Middlesbrough a été invité à se prononcer sur la situation de Sammy.

Notre sélection vidéo