Que vaut «Raya et le dernier dragon»?

Photos
Raya va être aidée par Shizu pour combattre le Drone, et réapprendre à faire confiance aux autres. © Walt Disney
Raya va être aidée par Shizu pour combattre le Drone, et réapprendre à faire confiance aux autres. © Walt Disney

Dès ce 5 mars, les heureux abonnés à Disney + qui sont prêts à débourser une rallonge de 21,99 euros pourront voir le 59e classique de l’animation Disney, « Raya et le dernier dragon ». Une histoire qui se déroule dans un royaume asiatique de fantaisie et met en scène une apprentie guerrière et un dragon espiègle, optimiste, et un peu fashion victim.

raya-et-le-dernier-dragon-le-prochain-disney-se-devoile

Raya est la dernière descente de la lignée des gardiens de la Pierre de Dragon, un caillou magique censé contenir l’esprit de Shizu, le dernier dragon. 500 ans plus tôt, les dragons alors nombreux se sont sacrifiés pour sauver le royaume de Kumandra de la menace du Drone, une sorte de tempête de vent maudite qui transforme en pierres toutes les créatures vivantes qu’il touche. Aujourd’hui, Kumandra est divisé en cinq royaumes à l’entente glaciale. Le père de Raya rêve de les voir à nouveau réunis dans la paix et l’amitié. Mais au lieu de ça, lui et sa fille, trop confiants, se font piéger. Dans la mêlée qui s’ensuit, la Pierre de Dragon est brisée, libérant le Drone, qui ravage les cinq royaumes.

Raya pourra-t-elle faire confiance à sa pire ennemie pour rétablir l’harmonie au royaume de Kumandra? © Walt Disney
Raya pourra-t-elle faire confiance à sa pire ennemie pour rétablir l’harmonie au royaume de Kumandra? © Walt Disney

Nantie d’un morceau de la Pierre de Dragon, Raya doit retrouver Shizu pour mettre fin aux sortilèges du Drone. Mais quand elle réveille Shizu, c’est pour trouver une créature apparemment aussi perdue qu’elle, armée seulement de son inébranlable et naïve foi en l’être humain. Et Raya va comprendre que pour battre le Drone, elle doit impérativement faire la paix avec sa pire ennemie, celle qui l’a piégée, provoquant la transformation en statue de son père. Alors que dans leur périple à travers les différents royaumes à la recherche des morceaux de la Pierre de Dragon, Raya se trouve des alliés inattendus, va-t-elle être capable d’à nouveau faire confiance à l’autre ?

Tout le message de « Raya et le dernier dragon » est dans ce pas vers l’autre, l’inconnu, voire l’ennemi, avec qui il est nécessaire de savoir faire la paix pour créer les bases d’une vie meilleure. Une morale bien utile à l’heure actuelle. Et qui, aux Etats-Unis, sort d’ailleurs à point nommé. Les agressions envers les personnes d’origine asiatique ont en effet connu un bond inquiétant ces derniers mois, à cause de la rancœur envers les Chinois, tenus responsables par certains de la pandémie mondiale et cible des invectives de Trump.

Méfiez-vous des apparences, ce bébé est un sacré filou! © Walt Disney
Méfiez-vous des apparences, ce bébé est un sacré filou! © Walt Disney

Pour jouer les voix originales des personnages du dessin animé, Disney a fait appel à des comédiens d’origine asiatique, le numéro un mondial du divertissement a choisi des stars d’origine asiatique comme Sandra Oh, Awkwafina, Kelly Marie Tran et Gemma Chan. Qui témoignent de cette montée de la violence : « Nous avons tous vu ces agressions se dérouler, encore, et encore… on finit par se dire parfois que le monde ne tourne vraiment pas rond », a ainsi raconté Kelly Marie Tran, actrice américaine d’origine vietnamienne qui prête sa voix à Raya. Elle-même a eu à subir des insultes racistes et misogynes de la part de fans de « Star Wars » après avoir joué dans « Les Derniers Jedi » en 2017.

Grâce aux morceaux de la Pierre de Dragon, Shizu multiplie les superpouvoirs, comme celui de se transformer en être humain. Utile pour passer inaperçu. © Walt Disney
Grâce aux morceaux de la Pierre de Dragon, Shizu multiplie les superpouvoirs, comme celui de se transformer en être humain. Utile pour passer inaperçu. © Walt Disney

« Raya et le dernier dragon » est donc à tout le moins un film utile, à défaut d’être vraiment génial. Il est visuellement très réussi, même si la difficulté de rendre vivants des visages réalistes demeure encore aujourd’hui, malgré les progrès de l’animation. Les dragons, par contraste, ressemblent plus à des peluches directement destinées à la vente dans les parcs d’attractions Disney, le jour où ils rouvriront. Les décors des différents royaumes, luxuriants ou désertiques, sont de toute beauté. Après, sans intermèdes musicaux, le film à installer une tension dramatique haletante, avant le combat final contre le Drone. Côté efficacité narrative, Disney est toujours une marche en dessous de Pixar, rien à faire. Le film est plus réussi dans ses scènes légères ou comiques, par exemple quand Raya découvre comme allié un bébé pickpocket, et il parvient à créer ce sentiment de solidarité entre les personnages qui force l’émotion auprès du spectateur.

Disponible uniquement en Accès Premium jusqu’au 5 mai, pour 21,99 euros (en plus de l’abonnement), « Raya et le dernier dragon » sera disponible pour tous les abonnés Disney, sans supplément, à partir du 4 juin 2021.

Notre sélection vidéo