Abonnez-vous pour 1€

Trois ans de prison pour viol et incitation à la débauche d’une mineure

Il a abusé d’elle.
Il a abusé d’elle. - Prétexte Anete Lusina/Pexels

Le tribunal s’est montré plus sévère que le ministère public qui avait réclamé une peine de deux ans de prison à l’encontre du Verviétois âgé de 41 ans, qui niait toutes les préventions concernant les faits de mœurs.

Le 17 mai 2018, la victime et son compagnon se promenaient dans le parc à proximité de la piscine de Verviers. Ils y avaient rencontré le prévenu qui était le fournisseur de drogues du jeune homme. Ensemble, ils avaient consommé de la cocaïne. Plus tard, la jeune fille et le dealer s’étaient rendu chez une connaissance de ce dernier. C’est là qu’elle expliquera avoir été violée par le prévenu.

«Après avoir violé la jeune fille, le prévenu est parti comme un voleur et l’a offerte à l’habitant de l’appartement qui cherchait à tout prix à avoir une relation sexuelle avant le début du ramadan», avait détaillé la substitute du procureur du Roi. Cette dernière avait qualifié ces faits de «prémédités et de crapuleux», soulignant le fait que le Verviétois était bien connu de la justice puisqu’il a accumulé des peines pour un total de 8,5 ans.

Lors de l’audience précédente, le prévenu avait soutenu qu’il n’avait pas violé l’adolescente, qui présentait, selon lui, des problèmes psychologiques. Des propos inadmissibles pour la juge qui lui avait rappelé qu’il s’agissait de son procès et pas de celui de la victime. La défense de son côté réclamait l’acquittement du prévenu.

Finalement, le quadragénaire a écopé d’une peine de trois ans de prison, soit une sanction plus sévère que celle réclamée par le ministère public.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche: