Abonnez-vous pour 1€

Le parlement bruxellois renforce la protection des poneys et d’autres espèces

On trouvait encore des manèges aux abattoirs d’Anderlecht.
On trouvait encore des manèges aux abattoirs d’Anderlecht. - D.R.

Un pas supplémentaire dans la défense du bien-être animal a été franchi vendredi au parlement bruxellois. Des propositions d’ordonnances et de résolution ont été entérinées demandant l’interdiction de la détention de cétacés et de pinnipèdes, l’interdiction généralisée des carrousels à poneys, l’interdiction des pièges à colle et de nouvelles conditions dans le cadre de la commercialisation d’animaux, notamment pour tenir compte désormais de l’origine des animaux vendus.

Ces textes législatifs étaient portés par les députés libéraux Gaëtan Van Goidsenhoven, Dominique Dufourny, Aurélie Czekalski, Vincent De Wolf, Geoffroy Coomans de Brachène, Bianca Debaets et par la députée animaliste Victoria Austraet. Adoptés le mercredi 3 février lors de la commission Environnement du Parlement bruxellois, ils ont maintenant été votés en séance plénière.

Bien qu’il n’existe pas de delphinarium en Région bruxelloise, les députés ont estimé important d’interdire leur existence sur le territoire régional. Car, comme le précise Victoria Austraet, « en adoptant cette interdiction, la Région bruxelloise met à jour ses valeurs en matière d’éthique animale et surtout, elle envoie un signal aux pays et régions qui comptent encore des delphinariums en activité ».

Poneys

Les députés sont également revenus sur l’interdiction des carrousels à poneys. Une première ordonnance avait été votée en 2018 mais celle-ci, trop restrictive, comportait une lacune juridique. Gaetan Van Goidsenhoven a donc formulé une nouvelle proposition visant à résoudre cette incohérence.

En outre, l’interdiction ne concernait que les poneys et les chevaux et non les ânes, mulets, bardots, etc. Enfin, seule l’activité de carrousels était visée alors que les promenades qui se déroulent notamment sur des marchés, manifestations ou fêtes foraines présentent également des risques d’atteintes au bien-être des animaux: stress lié au bruit de la foule et aux odeurs, impossibilité de se reposer de manière adéquate.

La nouvelle ordonnance adoptée à l’initiative du ministre du Bien-être animal Bernard Clerfayt (DéFI) interdit les carrousels en tout lieu et les promenades de tous les équidés à l’occasion de différents types de manifestations: fêtes foraines, brocantes, braderies, marchés, manifestations.

Pièges à colle

Un projet d’ordonnance a été voté afin de modifier la loi du 14 août 1986 relative à la protection et au bien-être des animaux. Grâce à ce mécanisme législatif, la Région bruxelloise pourra techniquement interdire sur son territoire la vente de certains produits irrespectueux des animaux, dont les pièges à colle. « Il ne faut pas être un expert pour se rendre compte que la capture de rongeurs ou d’autres vertébrés en leur collant les pattes avec de la glue constitue de la pure cruauté. »

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo