Bryan Cranston de retour en série dans «Your Honor»: «Avant de devenir père, j’étais tout sauf inquiet»

Bryan Cranston de retour en série dans «Your Honor»: «Avant de devenir père, j’étais tout sauf inquiet»
D.R.

« Êtes-vous prêts à tout pour sauver la vie de vos enfants ? » C’est la question que pose «  Your Honor  » (« Votre honneur »), la série pleine de suspense que lance Be TV ce samedi 6 mars. Adaptation d’une fiction israélienne, elle marque le retour, dans un premier rôle de petit écran, du magistral Bryan Cranston, qui soufflera 65 bougies dimanche !

Michael Desiato, le juge très respecté qu’il y incarne, n’est, pour sa part, pas à la fête. En effet, son fils Adam (Hunter Doohan), âgé de 17 ans, a provoqué la mort, dans un accident de la route, du fils d’un parrain de la mafia locale. Et il a pris la fuite. Michael va donc devoir choisir entre le livrer à la police, et être sûr qu’il sera « exécuté » derrière les barreaux, ou enfreindre la loi et tenter de le couvrir, en se servant de tous les alibis et fausses déclarations qu’il a entendus au cours de sa longue carrière.

À nouveau hors-la-loi, mais…

Faut-il le rappeler ? Après avoir été Hal, le père de Malcolm dans la sitcom « Malcolm in the Middle » (« Malcolm » en français), Bryan décrocha le rôle de sa vie dans la série « Breaking Bad » (2008-2013), à savoir celui de Walter White, prof de chimie qui, atteint d’un cancer, se met à fabriquer et vendre de la drogue. L’acteur a immédiatement tenu à nous dire que Walter et Michael ne sont pas les mêmes hors-la-loi. « Walter était très méthodique dans ce qu’il faisait. Il préparait et complotait. Alors que Michael, lui, doit prendre une décision très vite, donc agit avec impulsivité, sans penser aux répercussions que tout cela va avoir. Dès le départ, j’ai cherché ici des éléments qui m’ont permis d’aller dans une autre direction que celle de Walter et « Breaking Bad ». La manière dont Michael se meut, par exemple, et le ton de sa voix. Je voulais vraiment que le public oublie Walter, et voie ceci avec des yeux neufs. »

Papa de Taylor, comédienne de 27 ans qu’il a eue avec sa femme, Robin (une union de plus de trois décennies !), il nous a confié qu’il n’était pas du tout quelqu’un qui s’inquiète avant que celle-ci vienne au monde. «  Si je me retrouvais dans la même situation que Michael, je ferais exactement comme lui, en espérant que des innocents ne soient ni blessés ni tués. »

Ce qui est sûr, c’est qu’il s’est investi à fond dans cette série, psychologiquement, mais aussi physiquement. « Le plus dur, ça a été de courir. Quand j’étais jeune, j’étais un marathonien. Je me réjouissais de retrouver des sensations de ça sur ce tournage. Mais juste avant, je me suis blessé. On m’a fait des injections dans la colonne pour éviter que ma hernie discale se transforme en sciatique. Puis, sur une scène, je me suis claqué un muscle de la jambe. J’ai finalement compris que je n’aurais plus jamais mon corps d’avant. (Rires.) »

Mais s’il ne peut plus sauter dans tous les sens, il nous a confié vouloir tenter un genre avec lequel il ne se sent pas à l’aise : la comédie musicale. «  Je ne dirais pas que je peux chanter, donc c’est probablement ça que je vais faire dans un avenir plus ou moins proche. Il y a des choses qu’on a peur de faire, et qu’il ne faudrait pas faire pour des raisons de santé, physique et mentale. Mais moi, en tant qu’artiste, je refuse de dire « non, ça, je ne fais pas ». Je suis ouvert. Je trouve que c’est très courageux d’être un débutant, quand on est adulte. Pendant le temps qu’il nous reste, on devrait tous oser faire ces choses face auxquelles on a toujours reculé : apprendre une nouvelle langue, peindre, danser, voyager. Ce serait remarquable !  »

« YOUR HONOR », samedi 6 mars, 20h30, Be1

« J’ai perdu une partie de l’ouïe »

Les deux derniers épisodes de « Your Honor » furent tournés dans le respect des règles sanitaires liées au coronavirus, ce qui a constitué un vrai défi pour Bryan. « J’ai assisté à beaucoup de concerts rock dans ma vie, et ai perdu une partie de mon ouïe. Du coup, ç’a été éprouvant de répéter et tourner avec des masques de plexiglas, parce que je n’entendais pas les répliques de mes partenaires. Et puis, prendre quelqu’un dans ses bras avec une armure, c’est l’horreur. Ça serait très déprimant pour moi d’entamer un nouveau projet dans ces conditions. » On le comprend.