Un géant de la danse s’en est allé: Patrick Dupont faisait un travail «horriblement génial»

Un géant de la danse s’en est allé: Patrick Dupont faisait un travail «horriblement génial»
AFP

Il y fut un juge à fleur de peau, lui qui formait, avec sa compagne, dans son école, les futurs danseurs et danseuses étoiles. Et si on ne s’attendait pas forcément à voir débarquer Patrick Dupond aux côtés de Chris Marques et Jean-Marc Généreux, il nous avouait pourtant avoir suivi toutes les précédentes saisons du télécrochet dansant. « C’est une émission que j’aime et c’est la raison pour laquelle je suis là aujourd’hui. Elle véhicule un message magnifique qui est un message de dépassement de soi, de création de beauté et de réalisation d’un rêve. Au prix d’efforts et de guidage par quatre maîtres qui ne sont pas là pour sanctionner mais pour dire : « attention, ça, c’est pas bien ». Et dans cette émission, j’ai vu des choses que j’ai vécues dans mon métier de danseur étoile, qui sont une vraie vérité. »

Pour exceller, il faut savoir souffrir. « Bien entendu… Il y a les courbatures, le doute aussi » Mais la danse, pour lui, c’était aussi un lien indéfectible avec son partenaire. « C’est un lien incroyable qu’il y a entre deux danseurs qui se respectent et qui sont à l’écoute l’un de l’autre. Avec l’un qui doit lâcher prise et faire confiance, pour s’appuyer, littéralement et même parfois beaucoup ! »

Loïc Nottet, « l’exemple à suivre » disait-il.

Patrick Dupond avait annoncé la couleur. Il ne serait pas là pour durcir le ton de l’émission, mais pour ressentir les choses. Son point d’attention comme juge de « DALS » ? « L’émotion. Mais aussi la technique. Elle est un véhicule et c’est à la façon de conduire ce véhicule que je vais être attentif. Dans la danse, quand on se donne complètement à ce qu’on fait – et votre compatriote Loïc Nottet en est un exemple – on ne se loupe pas techniquement. Quand on retient ce qu’on a entendu, pas écouté, on n’est pas dedans techniquement. Je vais être attentif à ça car certains, directement, se donnent. Vous savez, on dirige une académie avec des jeunes danseurs qui vont devenir professionnels, danseurs étoile, nous sommes des joailliers, c’est un travail très fin, horriblement génial », souriait-il, la passion chevillée au corps et au cœur.

Notre sélection vidéo