Abonnez-vous pour 1€

ÉDITO – Vaccins et tests: les raisons du retard du printemps de la liberté

ÉDITO – Vaccins et tests: les raisons du retard du printemps de la liberté

Le grand calendrier de déconfinement que Paul Magnette esquissait ce vendredi dans nos médias s’est concrétisé à l’issue du Comité de concertation. S’agit-il pour autant d’un déconfinement massif ? Pas vraiment. Car même si des assouplissements ont été validés, on reste très prudent sur les enjeux fondamentaux. On ne parle pas avant le 26 mars de la bulle de contact, qui reste coincée à 1 personne depuis octobre. L’ouverture des voyages est repoussée au 18 avril, après les vacances de Pâques. Et enfin, l’horeca rouvrira en bloc (intérieur et extérieur) en mai. Cela correspond parfaitement aux prévisions faites par Alexander De Croo lors de sa conférence de presse en solo du 22 février. Le Premier a gardé le cap et imposé son calendrier, bien aidé par ses nouveaux « amis » socialistes Paul Magnette et Frank Vandenbroucke. Une victoire pour Alexander De Croo, certes, mais qui fait grincer des dents dans la majorité… Surtout au sein de sa famille libérale (le MR et son propre parti, l’Open VLD) qui cachait mal sa déception et l’impression que le Premier roule avant tout pour lui-même. Ou pour la position dominante de son gouvernement, à savoir la prudence.

Mais le mois de mai, c’est loin. Et d’ici là, les indicateurs pourraient évoluer, dans un sens négatif ou positif.

À ce sujet, grande première, le mot vaccination a fait son apparition officielle lors d’un Codeco. Saluons la sortie de Pierre-Yves Jeholet qui a exhorté les personnes âgées à se faire vacciner, pour pouvoir libérer plus vite les jeunes. Un message courageux, mais qui ne sera peut-être pas suffisant sans une véritable révolution de la stratégie de vaccination, que Frank Vandenbroucke refuse toujours de remettre en cause. Le ministre de la Santé, qui dicte le tempo au fédéral, reste coincé dans son schéma vaccinal rigide et industriel. Avec un excès de prudence et, systématiquement, un gros temps de retard sur l’évolution scientifique. Sur les vaccins, comme sur les tests rapides et les auto-tests, que le duo De Croo-VDB a validés hier après les avoir niés pendant des mois. Ce qui peut expliquer, entre autres, le bilan belge, la lenteur de la vaccination et la sévérité des restrictions.

Notre sélection vidéo