Abonnez-vous pour 1€

Inquiétude à Charleroi: des jeunes inhalent du protoxyde d’azote, «c’est une problématique que toutes les zones de police rencontrent»

Inquiétude à Charleroi: des jeunes inhalent du protoxyde d’azote, «c’est une problématique que toutes les zones de police rencontrent»
D.R.

Le gaz hilarant, ou protoxyde d’azote, se présente sous forme de petites capsules et est généralement utilisé en médecine pour les anesthésies ou dans les siphons culinaires. Malheureusement, une « mode » s’est créée depuis quelques années et l’usage de ces capsules d’azote a été détourné par de nombreux jeunes qui inhalent ce gaz pour ses effets hilarants.

« C’est une problématique que toutes les zones de police rencontrent », explique Christian Marit, chef de corps de la zone Brunau (Fleurus, Pont-à-Celles et Les Bons Villers). « Les consommateurs de protoxyde d’azote utilisent un ballon de baudruche pour inhaler le gaz qui procure une certaine euphorie. Cela a plus ou moins les mêmes effets que le cannabis, sauf que le protoxyde d’azote est indétectable lors des contrôles alors qu’il atténue tout de même les réflexes… »

► « Les bourgmestres restent attentifs à la situation » : Christian Marit explique ce qui est mis en place pour lutter contre cela

► « Il y a également un risque d’amnésie » : Georges Van Snick, médecin généraliste, met en garde contre les dangers

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo