Sabine Mathus: «Pour le sport, je suis une grande fainéante»

Figure emblématique des médias belges, Sabine Mathus a démarré sa carrière en 1986, à la RTBF, avant de bifurquer vers RTL-TVi où elle a officié en tant qu’animatrice et speakerine. Après une parenthèse politique début des années 2000, elle a fait son retour sur RTL-TVi pour y présenter, entre autres, l’émission « Face à Face », jusqu’en 2013. Depuis mi-janvier, elle est donc de retour en radio, sur Nostalgie+, dans un magazine au ton amical et bienveillant.

Sabine, on vous retrouve donc désormais en radio. Comment allez-vous ?

Je suis en grande forme (rires). Je me suis autoproclamée Lara Croft. Il me faut gérer beaucoup de choses, résister, avancer, partager. Je suis très heureuse qu’une radio m’ait invitée à la rejoindre. Tout de suite, le courant est bien passé et on parle du quotidien des gens, des choses de la vie. Il n’y a rien de plus merveilleux que les choses de la vie. On donne des bons plans, tout ce qui nous caractérise en tant qu’épicuriens comme le sont les Belges. Ce sont aussi des sujets famille. La radio, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. J’ai eu un chouette accueil et je les en remercie.

Parlons sport… Vous êtes une sportive ?

Plutôt une grande fainéante (rires). Je ne sais pas combien d’abonnements à des salles de fitness j’ai eus mais je n’y ai pas souvent mis les pieds. J’avais toujours bien une bonne raison pour ne pas y aller. Pendant le confinement, ma fille qui ne vit pas en Belgique est revenue à la maison et elle m’a donné de bons trucs. J’ai acheté des petits haltères, des élastiques et un tapis. Ça fait du bien, ça me détend. Je marche aussi, un jour sur deux. Peut-être qu’à un autre moment, je ferai autre chose mais bon, là, les salles sont fermées.

Vous mangez sainement ?

Je suis très attirée par le sucre et je dois être vigilante pour résister. En fait, ça dépend du moral et des jours. Parfois, ça fait du bien de se lâcher un peu. Je trouve que ça fait du bien de manger un bon plat, un truc grave, une fois par semaine.

Quelle est votre routine en matière de beauté ?

Une lotion purifiante et apaisante, en tout cas, mais ça dépend de la saison. Quand il fait froid, par exemple, et que ma peau est en souffrance, je fais un masque. Sinon, j’utilise des produits qui m’ont été conseillés par une dermatologue. Je me maquille le moins possible. Quand j’ai l’occasion, je laisse ma peau respirer. Le soir, je nettoie toujours bien ma peau et j’applique un sérum ou une crème, parfois les deux. Pour le corps, une crème dont la texture est entre la crème fraîche et le beurre que je laisse pénétrer pendant la nuit. J’utilise aussi des gélules d’oméga 3 et d’huile de bourrache.

Et pour vos cheveux ?

Avant, j’allais souvent chez le coiffeur. J’aime bien un brushing bien fait sinon mes cheveux sont sauvages. Pendant le confinement, je l’ai fait moi-même, je les attachais ou j’utilisais un fer pour faire une vague mais j’avais hâte de la réouverture des coiffeurs.

Propos recueillis par Laurence BRIQUET

«Je relativise et je laisse mes problèmes derrière moi»

L’animatrice se réjouit «de retrouver une joie de vivre».
L’animatrice se réjouit «de retrouver une joie de vivre».

C’est quoi votre moment bien-être rien qu’à vous ?

De temps en temps, un bon verre de vin rouge. Avec le confinement, j’ai découvert la méditation. Je me surprends à bailler à la fin de la séance. Ça me relaxe et ça a une influence sur mon moral. Je suis de nature assez optimiste. On a tous des obstacles dans la vie. Je relativise et je laisse mes problèmes derrière moi. Sinon, quand je peux faire des soins relaxants, j’adore ça, même en vacances. Un massage, sur une table, dans la nature, par exemple, je pourrais m’endormir.

Comment envisagez-vous les prochains mois ?

Je vais essayer de prendre plus le temps, de me centrer sur moi et de prendre du temps pour moi.

Une fois que le confinement sera terminé, que ferez-vous ?

Embrasser mes proches et les serrer dans mes bras. Aller chez l’esthéticienne, chez le coiffeur et me faire un chouette resto. Voir mes amis aussi. J’ai lu une phrase que j’aime bien, « Que les bulles deviennent des coupes ». Retrouver une joie de vivre. Que tout recommence tout doucement.

Notre sélection vidéo