«Je ne voulais plus être en vie»: ce que Harry et Meghan ont déballé dans leur interview choc à Oprah Winfrey

Ce qu’ont raconté Meghan et Harry à Oprah va faire trembler, comme jamais, la Royauté anglaise. Elle pourrait même s’effronder…
Ce qu’ont raconté Meghan et Harry à Oprah va faire trembler, comme jamais, la Royauté anglaise. Elle pourrait même s’effronder… - Isopix

Ce lundi matin, la chaîne américaine CBS diffusait la fameuse interview qu’ont donnée à Oprah Winfrey le Prince Harry et Meghan Markle, dans leur propriété de Montecito – près de Santa Barbara – à 12 millions €. Presqu’un an après qu’il ait officiellement quitté la monarchie, et les fonctions et privilèges qu’il y avait, le couple a évoqué sa nouvelle vie en Californie, et fait une révélation incendiaire sur ce qu’ils ont vécu à Buckingham Palace. Là-bas, leur interview était très redoutée, et elle a eu l’effet – escompté – d’un séisme.

Mariés officiellement trois jours avant leurs noces télé !

Mais comme tout bon séisme, les tremblements sont arrivés doucement… Meghan a d’abord expliqué qu’elle n’avait pas suivi l’histoire de Charles et Diana, n’a jamais googlé Harry ni jamais cherché à connaître le fonctionnement et les règles internes de la Royauté avant d’y entrer. « Harry m’a demandé si je savais comment faire la révérence devant la Reine cinq minutes avant de la rencontrer. On était dans la voiture ! » Ce qui est intéressant, c’est qu’Harry et elle, au cours de l’interview, font un distinguo entre la Reine et le Palais, que Meghan appelle « La Firme ».

Deuxième révélation : le couple s’est marié secrètement trois jours avant leurs noces télévisées. Cette première cérémonie eut lieu dans une arrière-cour, sans famille, mais avec la bénédiction de l’archevêque de Canterbury. « Le spectacle, c’était pour le monde. Mais notre union, on la voulait pour nous. »

Terrorisée par la presse, la famille royale n’a jamais defendu Meghan

La brune de 39 ans a aussi tenu à démentir la rumeur selon laquelle elle avait fait pleurer sa belle-sœur Kate Middleton pendant les préparations de leur mariage. « Ce n’est pas vrai. » En fait, c’est l’inverse qui est arrivé. « Quelques jours avant le mariage, elle était déçue par les robes des demoiselles d’honneur et ça m’a fait pleurer. » Cette anecdote lui a permis d’expliquer que la presse avait été à la source de la détérioration de leurs rapports, à elle et Harry, avec le reste de la famille royale. « L’histoire de Meghan qui a fait pleurer Kate a été le déclencheur. Elle montre à quel point ces journaux sont puissants, et font la pluie et le beau temps au Palais. » Selon elle, celui-ci aurait pu démentir ce que la presse écrivait de négatif sur elle, mais ne l’a pas fait. On se rend compte que ce qui met surtout le souk dans cette famille, c’est son incapacité à gérer la presse, qui la terrorise.

Prisonnière du Palais

Meghan assure qu’elle s’est littéralement sentie captive du Palais. Après son mariage, son permis de conduire, son passeport et ses cartes de crédit lui furent retirées et elle ne pouvait plus y avoir accès. Elle a aussi dit à Oprah qu’on lui avait demandé de rester à la maison, parce qu’elle était « partout », alors qu’elle a quitté le foyer deux fois seulement en quatre mois (pré-covid). La série « The Crown » montre que Diana avait également connu ça. Submergée par l’émotion, la Duchesse de Sussex a dit que ce qu’elle a vécu est la preuve qu’on doit toujours être gentil. « Car on ne sait jamais ce que les gens vivent, derrière les portes closes ».

« La couleur de la peau de notre fils soulevait des inquiétudes »

Première vraie bombe, lâchée par Meghan dont, pour rappel, la maman Doria est afro-américaine. Avant la naissance d’Archie, elle apprit par Harry, à qui des officiels avaient parlé, que leur enfant n’aurait pas de titre, pas de sécurité et ne serait pas Prince. « La couleur qu’aurait sa peau à la naissance soulevait des inquiétudes et des discussions. » Elle a ajouté qu’une personne en particulier avait engagé des conversations dans ce sens avec la famille royale. Mais elle ne veut pas en révéler l’identité, « car ce serait très destructeur pour elle. »

En clair, elle accuse le Palais de racisme ! Edifiant.

« Je ne voulais plus être en vie »

Meghan a enfin confié qu’en proie au désarroi le plus total, elle a eu des envies « méthodiques » de suicide. « Je ne voulais plus être en vie. C’était une pensée très claire, et vraie et effrayante. On ne pouvait pas me laisser seule… » Elle dit ensuite qu’elle est allée voir des officiels de la monarchie, pour obtenir de l’aide et être admise à l’hôpital. Mais on lui dit alors que ça ne serait pas bon pour l’extérieur… Après avoir été rejetée de la sorte, elle dit qu’elle fit appel à une des meilleures amies de la Princesse Diana, mais continua à avoir ses desseins sombres, qui furent le point de non-retour pour elle, le début de la rupture avec l’Institution où son mariage l’avait conduite.

« Mon père (Charles) et mon frère (William) sont piégés dans leur rôle »

Autant il parle avec chaleur de sa grand-mère, Elizabeth II, autant Harry affiche de la froideur quand il évoque son père, Charles. Celui-ci arrêta de prendre ses appels lorsqu’Harry entama les démarches pour quitter la famille royale et l’Angleterre. Ce qu’il n’aurait pas pu faire, a-t-il avoué, sans le soutien de Meghan. Il a osé dire que son père et son frère William étaient « piégés dans leurs rôles et incapables de partir. » « J’ai mal pour eux. » Sa description de sa famille terrorisée par la presse est fascinante. Ironiquement, cette même peur a motivé les actions de la Royauté, qui ont poussé Harry et Meghan à l’exil, et les précipitent maintenant dans une tornade médiatique qui va faire très très mal…

Et leur deuxième enfant est…

Sur une note beaucoup plus positive, Meghan et Harry ont annoncé qu’Archie aurait une petite sœur cet été. Voilà une excellente nouvelle, d’autant qu’on se souvient que Meghan avait évoqué avoir subi une fausse couche en début d’année. Harry et elle se disent « excités et extrêmement reconnaissants » pour cette grossesse, et la chance d’avoir une fille. « Que peut-on demander de plus ? » a dit Harry.

L’intégralité de l’interview de Meghan et Harry par Oprah Winfrey sera diffusée ce lundi 8 mars à 20h15 sur TMC.