Le Journal de la rentrée - Retrouvez les photos de vos enfants dans votre journal LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

Changement d’heure: on change tout?

117840335_l

Fin août 2018, le président de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker annonçait la disparition du passage à l’heure d’hiver en Europe et l’arrivée de l’heure d’été éternelle. Deux ans et demi plus tard, on peut dire qu’elle n’est pas près d’arriver ! Le député européen Marc Tarabella le confirme et s’en réjouit…

Dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 mars, on repassera à l’heure d’été. En principe, cela aurait dû être la dernière fois que nous devons avancer nos montres d’une heure, en passant de 2h du matin à 3h. « En principe » car on est loin de ce qu’avait annoncé triomphalement le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker. Souvenez-vous, c’était le 31 août 2018. Le président de la Commission européenne avait dévoilé à la chaîne allemande ZDF que l’heure d’été éternelle arrivait en Europe. Il s’appuyait sur une consultation publique réalisée sur internet pendant les mois de juillet et d’août. Elle avait recueilli 4,6 millions de votes, dont 70 % d’Allemands, 8,6 % de Français et 6 % d’Autrichiens. On ne peut pas dire qu’elle avait suscité l’engouement dans les autres pays ! Qu’à cela ne tienne, Juncker en avait déduit que les gens voulaient l’abolition du changement d’heure (84 % des participants). « Nous le faisons. Nous allons décider cela aujourd’hui au sein de l’exécutif européen ».

Deux ans et cinq mois après cette annonce pétaradante, « c’est le stand-by intégral », résume le député européen Marc Tarabella (PS) qui a toujours été contre la suppression du changement d’heure en Europe. Il peut donc se réjouir que cette initiative échoue à jamais dans les limbes des non-décisions européennes.

Les Belges étaient « pour »

Car, oui, on a l’impression qu’elle n’arrivera jamais, cette heure d’été éternelle dont rêvait Jean-Claude Juncker. « Par le passé, il a pu faire de nombreuses propositions intéressantes. Disons que celle-là n’était pas la plus éclairée. »

En Belgique, le Premier ministre Charles Michel avait commandé une enquête réalisée entre le 9 et le 17 août 2019. Il en était ressorti que 83 % des 2.000 personnes sondées étaient favorables à la suppression du changement d’heure. Une légère préférence, surtout en Flandre, se dessinait en faveur de l’heure d’hiver (50 %) plutôt que l’heure d’été (45 %).

79 % des Belges estimaient qu’il était important que le même régime horaire soit adopté par rapport aux pays voisins. Et c’est là où le bât blesse, au niveau européen. « Il n’y a aucun consensus sur l’heure à adopter. On était arrivé à un point où il aurait pu être 22 h en Espagne et 21 h en Allemagne ». Tout le contraire de la logique des fuseaux horaires ! « En fait, beaucoup de gens se fichent du sujet. Il y a certes ceux qui se plaignent de dormir moins bien pendant deux jours et certains fermiers qui affirment que leurs vaches ont un problème de lait. Ils n’ont qu’à le leur retirer un peu à l’avance les deux jours qui précèdent et le problème est réglé. »

Le député européen ne veut pas de journée « où la clarté commencerait à 9 h 30 en hiver ». « Et je pense aux travailleurs qui, l’été, terminent tard et sont tout heureux de profiter de leur terrasse le soir. C’est comme cela depuis 1977 et partout en Europe, je ne vois pas pourquoi changer. On a consacré assez d’énergie à ce sujet ! »

Retrouvez cet article et bien plus encore dans notre nouvelle application Sudinfo