Abonnez-vous pour 1€

Une volleyeuse tombe enceinte, elle est virée et poursuivie en justice par son club: «Ils comparent la grossesse à un comportement malveillant»

Une volleyeuse tombe enceinte, elle est virée et poursuivie en justice par son club: «Ils comparent la grossesse à un comportement malveillant»
Lara Lugli Facebook

En 2019, la volleyeuse Lara Lugli tombe enceinte. Elle décide de prévenir son club, le Maniago Pordenone, mais au lieu de la féliciter, les dirigeants décident de la licencier. Pourquoi ? Elle n’a pas respecté une condition de son contrat lui demandant d’alerter son employeur avant de tomber enceinte. Un mois plus tard, la joueuse italienne faisait une fausse couche.

Deux ans plus tard, cette affaire refait surface et provoque l’indignation, rapporte 7 sur 7. Lara Lugli a déterré l’affaire en réclamant son salaire de février 2019, qu’elle n’a pas perçu malgré le fait qu’elle ait joué ce mois-là. En plus de refuser la demande, le club italien a décidé de la poursuivre en justice. Selon eux, son départ serait la raison des défaites de l’équipe durant la fin de saison.

Pour Franco Rossato, président du club, se justifie : « des clauses pénalisantes pouvaient être activées contre l’athlète » en cas de résiliation anticipée. « Nous n’avons activé ces clauses que parce que nous avons reçu l’ordre de paiement. »

Mais Lara Ligli s’insurge de cette décision. « Ils ont dit qu’une femme de 38 ans aurait dû savoir si elle voulait avoir un bébé et aurait donc dû dire quelque chose », a-t-elle exprimé au Guardian. « Non seulement ils ont remis en question mon professionnalisme, mais ils comparent la grossesse à un comportement illicite et malveillant. C’est une chose très grave »

La situation fait du bruit dans le monde politique italien . La sénatrice Maria Elisabetta Alberti Casellati a comparé cette situation aux violences faites aux femmes tandis que Luigi Di Maio, ministre des affaires étrangères, déclare que « Penser qu’aujourd’hui une femme est obligée de choisir entre un enfant et sa carrière n’est plus tolérable. »

Notre sélection vidéo