Survolté, Bigard s’en prend violement à Emmanuel Macron dans sa dernière vidéo: «Un dictateur qui n’a pas de cou*****, c’est assez rare!»

Survolté, Bigard s’en prend violement à Emmanuel Macron dans sa dernière vidéo: «Un dictateur qui n’a pas de cou*****, c’est assez rare!»
Capture Insta et Belga

Dans sa dernière vidéo postée sur Facebook et Instagram, Jean-Marie Bigard commence fort. Habitué aux propos complotistes dans cette crise du Covid, l’humoriste s’est adressé d’entrée de jeu au président français. « Bonjour à tous, bonjour les amis. Message au dictateur. À notre dictateur Emmanuel Macron. Emmanuel Macron, dictateur de mes cou****! Je rajoute de mes cou*****car c’est ma petite touche personnelle. Parce que Macron, dictateur et cou*****, à mon avis, on va lui montrer la vidéo. Et évidemment, l’algorithme de Facebook va me couper en rondelle, comme pour ma dernière vidéo. Ça sera donc peut-être ma dernière vidéo. » Il appelle d’ailleurs ses abonnés à télécharger la vidéo avant qu’elle soit supprimée, en répétant trois fois ‘Dictature !’ ».

L’artiste appelle alors Emmanuel Macron à dire à son « ministre de la santé de me*** » de rouvrir les terrasses des restaurants. « On peut faire ça, il n’y aura pas un mort de plus. Aucun cluster à l’extérieur et on aurait enfin une bouffée d’oxygène. Au lieu de ça, non, vous continuez. » Il continue de s’adresser au président en le qualifiant de « dictateur ». « Notre gouvernement est comparable à ce flic qui a mis son tibia sur le cou de Georges Floyd et qui dit qu’il ne peut plus respirer. Mais il continue jusqu’à le tuer. C’est ce qu’on fait avec nous. »

Pour conclure la vidéo de cinq minutes, il présente un article qui donne la parole à Alexandra Henrion-Claude. Cette spécialiste génétique dit que « Les essais cliniques ne finiront pas avant 2022 et que toute personne qui se fait vacciner accepte de faire partie d’un protocole de recherche médicale ! » Et là, Bigard se lance : « elle nous dit simplement que nous sommes des cobayes. Aujourd’hui, on ne sait ce qui va arriver aux gens que l’on vaccine. Rien que pour ça, je ne me fais pas vacciner. Je refuse qu’on modifie une tomate génétiquement, alors moi non plus. » Il invite alors ses abonnés à « ne pas se faire vacciner » et « d’attendre que les essais cliniques soient finis. »