Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

«Je l’ai tuée parce que le diable me l’a demandé»: le client de l’hôtel tue la femme de ménage de 33 ans en la battant à mort avec un extincteur

«Je l’ai tuée parce que le diable me l’a demandé»: le client de l’hôtel tue la femme de ménage de 33 ans en la battant à mort avec un extincteur
Capture Google street view

La ville de Marseille avait pourtant prévenu : « Attention : un patient psychiatrique s’est échappé. Il est potentiellement dangereux ». Cet avis de recherche a été largement diffusé dans la ville phocéenne mais cela n’a pas empêché le patient de 36 ans de prendre sa voiture et de parcourir plus de 1.000 kilomètres dimanche soir. Son périple a pris fin à l’hôtel Best Western de Ruisbroek, situé le long de l’autoroute E19.

Après avoir réservé une chambre et passé la nuit, l’homme a entendu « toutes sortes de voix ». Comme le rapporte Het Laatste Nieuws, qui se base sur les déclarations du trentenaire à la police, la voix « du diable » résonnait plus fort que les autres et celle-ci lui a ordonné de tuer la femme de chambre de l’hôtel. « Je n’avais pas d’autre choix que d’obéir », a-t-il expliqué.

Complètement nu, l’homme s’est alors dirigé dans le couloir et a pris un extincteur avant de se faufiler dans une chambre du rez-de-chaussée dans laquelle Xhuljeta Lala faisait le ménage. Un seul coup d’extincteur sur la tête de la femme a suffi à la tuer… C’est un employé de l’hôtel qui a découvert le corps de sa collègue, gisant sur le sol. « À côté d’elle se trouvait cet homme, complètement nu. Il avait les bras croisés, comme s’il était prêt à être menotté. « Je l’ai tuée, prends-moi maintenant, c’est bon », disait-il. Mon collègue a alors immédiatement appelé la police », déclare une autre femme de chambre.

À l’arrivée de la police, l’homme s’est rendu sans opposé de résistance car « sa mission était accomplie ». Xhuljeta Lala était une femme de chambre de 33 ans originaire de Jette. Elle travaillait dans cet hôtel depuis 5 ans. « Xhuljeta était un travailleur acharné et ne perdait jamais sa bonne humeur. Elle était celle qui maintenait toujours l’ambiance et dansait joyeusement dans les couloirs, même lorsque les autres avaient un peu de mal. Maintenant elle est morte. Parce que « le diable le voulait »… Vous ne pouvez pas croire ça, n’est-ce pas ? », conclut l’une de ses, désormais, anciennes collègues

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo