Abonnez-vous pour 1€

Georges-Louis Bouchez (MR) après le Comité de concertation: «Oui, j’ai un goût amer, ce sont les travailleurs qui supportent le plus lourd fardeau»

Georges-Louis Bouchez (MR) après le Comité de concertation: «Oui, j’ai un goût amer, ce sont les travailleurs qui supportent le plus lourd fardeau»

« On nous explique que le problème se situe dans les écoles et dans le télétravail qui n’est pas suffisamment respecté et on ferme les métiers de contact et les commerces non essentiels ! », s’emporte le numéro un des libéraux francophones. « Je crois que cela n’aura ni l’impact d’un électrochoc, ni un impact en termes d’adhésion de la population. Bref, on aurait pu s’y prendre autrement. »

Ceci n’est pas un lockdown ? Ah bon ?

Georges-Louis Bouchez insiste : « On a autorisé les Belges à voir beaucoup moins de monde à la Noël que ce qui avait été décidé dans d’autres pays. Ils ont fait des sacrifices, mais à l’arrivée, on se retrouve dans la même situation qu’ailleurs (…) Et que l’on ne me dise pas que ceci n’est pas un lockdown, car on peut encore se déplacer partout en Belgique. C’est un lockdown et c’est un échec collectif ! Ne jouons pas sur les mots »

Pas touche à notre liberté d’expression

Le libéral ne digère pas que ce soient à nouveau les indépendants qui supportent le plus lourd fardeau. « Si j’étais à la place d’un tatoueur qui a rouvert, il y a à peine trois semaines et qui doit déjà refermer, alors qu’il avait été dit que l’on ne jouerait pas au yoyo, je serais désemparé. »

Cela signifie-t-il que le MR, membre des différents gouvernements de ce pays (à l’exception de la majorité bruxelloise) compte se distancier de ces mesures et ne pas s’en montrer solidaire ? « On a déjà tellement réduit les libertés des citoyens que l’on ne va pas maintenant réduire la liberté d’expression. Ce que je vous dis, ce sont des constats et des interrogations que nous avons déposés sur la table des différents gouvernements. Nous, on n’a pas l’habitude de dire des choses différentes en fonction du lieu où l’on se trouve. Mais bon, quand une mesure est prise, elle doit être appliquée par chacun. Le MR est un parti responsable, on va assumer les décisions prises et faire un travail sur la pédagogie et l’adhésion… Et il faut aussi et surtout travailler sur la vaccination. »

>>> « Je me souviens que Frank Vandenbroucke avait dit, jadis, qu’on avait fermé les commerces pour provoquer un électrochoc. Cela avait choqué à l’époque. J’espère que l’on n’est pas ici dans le même raisonnement » : retrouvez la longue interview de Georges-Louis Bouchez ce jeudi dans nos journaux ou sur nos éditions digitales !

Notre sélection vidéo