Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus et comportement des Belges: participez à notre grande enquête!

Il y avait déjà du monde ce mercredi.
Il y avait déjà du monde ce mercredi. - Photonews

Le professeur Olivier Luminet, de la faculté de psychologie de l’UC Louvain, lance, en collaboration avec Sudpresse et Le Soir, une grande étude de plusieurs mois sur les comportements sanitaires des Belges. Une étude pour laquelle nous faisons appel à nos lecteurs.

Cliquez ici pour participer à l’enquête.

« C’est bien différent du baromètre de motivation (dont nous avons publié les résultats en exclusivité ce jeudi, NDR) », précise M. Luminet. « Cette étude se focalise sur les comportements sanitaires. À l’OMS, un responsable dit que les comportements sont très importants dans le cadre de cette crise. » Un élément qui est souvent mis en avant aussi par Alexander De Croo. Mais attention, ajoute Olivier Luminet, « nous ne faisons pas une étude moralisatrice. Nous souhaitons même avoir des personnes qui ne respectent pas les règles, ou en ont ras le bol, parce que nous voulons comprendre pourquoi les gens ne suivent plus les mesures. »

Cliquez ici pour participer à l’enquête.

L’enquête portera sur les quatre mesures de base : lavage des mains, port du masque, distance physique et distanciation sociale. Et pour chacun de ces thèmes, à chaque fois des questions identiques. Les volontaires seront appelés toutes les trois semaines entre début avril et fin juin, c’est-à-dire cinq fois. Il s’agit donc bien de mesurer l’évolution de leur comportement.

Émotions

D’autres questions complètent le questionnaire. « On va notamment regarder en quoi les émotions sont déterminantes pour les comportements », explique le Pr Luminet. « Voir aussi la question des normes, c’est-à-dire l’attention que nous portons à ce que les autres attendent de nous. Il y aura aussi des questions sur la perception du risque. Par exemple : pensez-vous qu’il y a un risque si je ne porte pas le masque, ou si je ne respecte pas les distances ? »

Cliquez ici pour participer à l’enquête.

Des questions aussi qui auront trait à l’environnement dans lequel les gens vivent. Cela peut induire des comportements différents. Ou encore sur leur degré de motivation et leur degré d’anxiété par rapport au Covid. On sait notamment que des personnes ne sortent plus de chez elles.

Anonymat

Précisons que l’anonymat des personnes est totalement garanti. Elles seront seulement identifiées par un code qu’elles généreront elles-mêmes. « La première fois, l’enquête dure environ 25 minutes », dit encore M. Luminet. « Les fois suivantes, ce sera 20 minutes. »

L’intérêt de l’étude est que ce soient à chaque fois les mêmes personnes qui répondent, bien entendu. Nous comptons sur nos lecteurs pour se porter volontaires. Les résultats seront publiés en primeur dans nos colonnes.

Cliquez ici pour participer à l’enquête.

Notre sélection vidéo