Abonnez-vous pour 1€

Colère, confrontation entre jeunesse et police, autopompe, jets de projectiles: retour sur le faux festival «La Boum» qui a dégénéré ce jeudi (vidéos)

Vidéos
11 blessés et 15 arrestations.
11 blessés et 15 arrestations. - Belga

Pour éviter que l’initiative du faux festival La Boum lancée sur les réseaux sociaux ne devienne réalité, les forces de l’ordre ont décidé d’évacuer le Bois de la Cambre ce jeudi, dès 17 heures.

Il leur a fallu employer les grands moyens pour parvenir à reprendre le contrôle de la situation : pas moins de 8 pelotons de « casques blancs », soit 240 policiers en tenues anti-émeute, appuyés par la cavalerie, quatre arroseuses et l’hélicoptère de la police fédérale ont ainsi été déployés.

Pendant près de deux heures, on a assisté sur la grande plaine jouxtant l’étang du Bois de la Cambre à un jeu du chat et de la souris avec – selon les chiffres policiers – 1.500 à 2.000 jeunes – et non pas 5.000 à 6.000 comme annoncé à l’initiale – qui scandaient entre autres « Liberté, liberté, liberté » ou « Police, police, on t’enc*le » (etc.).

Multiples de ces jeunes n’ont pas hésité à canarder les intervenants avec tous les projectiles qui leur passaient par la main – trottinettes électriques, branches d’arbres, bouteilles en verre, etc. – allant jusqu’à tenter de les charger et jusqu’à dresser des barrages dont l’un a même été mis en feu.

Finalement, c’est à coups de canons à eau et de gaz lacrymogène que la jeunesse en colère a pu être repoussée. Peu après 19 heures, le calme est ensuite plus ou moins revenu, même si des dizaines de jeunes faisaient encore face à la police ou entendaient bien faire la fête çà et là.

Il y a eu des blessés des deux côtés : pas moins de trois policiers dont une cavalière de la police fédérale et un « casque blanc » de la police locale qui, lui, a dû être emmené à l’hôpital après avoir été blessé à la tête par un jet de projectile ainsi que huit jeunes dont six ont été soignés sur place et deux emmenés à l’hôpital.

Il y a également eu des arrestations : quatorze administratives et une judiciaire. Deux véhicules policiers – une camionnette de la police locale et un camion servant à transporter les chevaux de la police fédérale ont été endommagés (respectivement des vitres latérales et un pare-brise éclatés).

Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), a réagi sur Twitter : « Les gens ont besoin de prendre l’air, mais on ne peut pas tolérer de tels rassemblements dans le Bois de la Cambre après avoir observé encore cette après-midi avec le directeur de Saint-Pierre les efforts fournis au centre de vaccination pour combattre ce virus. Nous avons donc évacué le bois. Les personnes qui n’obtempèrent pas aux injonctions de la police risquent l’arrestation et des poursuites. Merci à la police pour le travail difficile et aux gens qui respectent les règles depuis plus d’un an ».

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a également commenté l’événement, toujours sur Twitter : « Nous sommes tous fatigués par la situation. Nous voulons retrouver nos libertés. J’y suis très sensible. Mais la liberté, c’est aussi le sens des responsabilités. Des affrontements avec des policiers qui, eux, aussi sont à bout n’amènent rien ».

Quant à elle, la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V) s’est dite « scandalisée » par voie de communiqué de presse : «  Le poisson d’avril qui a dégénéré au Bois de la Cambre aujourd’hui représente un manque de respect total pour toutes les personnes qui font de leur mieux pour respecter les mesures corona. J’ai de la compassion pour les personnes touchées par le COVID-19, les familles et proches qui ont perdu un être cher ainsi que pour les prestataires de soins de santé qui sont une fois de plus à la limite de la saturation de leurs hôpitaux. Jusqu’à ce que le virus soit maîtrisé, chacun se doit de respecter les mesures sanitaires. Le fait que des policiers aient été blessés alors qu’ils faisaient leur travail est inacceptable  », a-t-elle souligné appelant par la même occasion « à plus de civilité et de sens des responsabilités pour le bien de tous ».

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo