Meghan Markle et Harry: une membre de la famille royale clairement visée par les accusations de racisme

Meghan et Harry lors de leur interview face à Oprah Winfrey.
Meghan et Harry lors de leur interview face à Oprah Winfrey. - Isopix

Personne n’a pu échapper à l’interview choc du Prince Harry et de Meghan Markle, menée par Oprah Winfrey sur CBS, le 7 mars dernier. Entre tentative de suicide, campagne de dénigrement, racisme et une histoire de passeport confisqué, les propos du couple ont fait trembler la monarchie britannique, et ce n’est visiblement pas terminé !

Aujourd’hui, une membre de la famille royale est clairement visée de racisme. Rappelez-vous, Meghan et Harry avaient évoqué l’inquiétude suscitée par la couleur de leur bébé au sein de la famille du prince. Le couple, qui réside désormais aux Etats-Unis, n’avait révélé aucun nom.

C’était sans compter sur les révélations de Lady Colin Campbell, une auteure britannique, qui fut aussi l’épouse du 11ème duc d’Argyll. Dans un podcast intitulé Chatting with Lady C, elle affirme que c’est Anne, la fille de la reine Elizabeth II, qui est à l’origine de la polémique.

Cependant, Lady Campbell se range clairement du côté de la couronne, et estime que ces accusations de racisme sont complètement fausses : «  Il n’y avait aucune inquiétude concernant la couleur de Meghan. La princesse Anne craignait à juste titre que si le mariage avait lieu et qu’il y avait des enfants, il y aurait d’énormes problèmes. Non à cause de la couleur de peau de Meghan mais à cause son incapacité à mesurer et à accepter les différences culturelles entre eux. »

Autre problème qui aurait été soulevé par la princesse Anne à propos de Meghan : « Son incapacité à respecter l’institution dans laquelle elle allait se marier et la famille dans laquelle elle entrerait  », explique Lady Campbell. Elle poursuit : « Harry a rapporté ces objections à Meghan et elle s’est empressée de transformer cela en un problème de couleur de peau. Après cette histoire Harry a décidé que toute évocation de culture serait en réalité une question de couleur. Nous sommes face à des gens qui décèlent un affront là où il n’y en a pas », conclut Lady Campbell.

De son côté, Buckingham Palace n’a pas encore réagi à la (nouvelle) polémique.

Notre sélection vidéo