Abonnez-vous pour 1€

«L’abîme»: une deuxième fête sauvage prévue ce vendredi soir au Bois de la Cambre!

«L’abîme»: une deuxième fête sauvage prévue ce vendredi soir au Bois de la Cambre!

Après « La Boum », « L’abîme » aura-t-elle également lieu ce vendredi au Bois de la Cambre ? Telle est la question qui se pose sachant que les organisateurs de cette nouvelle fête « pour le droit de se réunir » viennent d’annoncer ce changement de lieu. A l’initiale, celle-ci devait en effet avoir lieu dans le Parc du Cinquantenaire, mais c’est un endroit dont les accès pourraient être bloqués beaucoup plus facilement par les forces de l’ordre qu’au Bois de la Cambre ; raison qui – à la lumière de « La Boum » qui a pu virer à l’affrontement contre la police jusqu’à 22 heures passées ce jeudi – a probablement motiver cette modification de dernière minute. Il est question de proposer « un set live que chacun (pourra) diffuser sur son baffle via son smartphone ou carrément sur un sound system, en plus du nôtre », avancent les « Beastieboys » qui se présentent comme un « collectif apolitique » désireux de créer un « mouvement de désobéissance civile ».

Et de détailler leur objectif comme suit : « L'énergie folle suscitée par La Boum, ce faux festival programmé le 1er avril au Bois de la Cambre, ne peut être ignorée. Se rassembler dans un parc, à l'air libre, pour tenter de profiter ensemble d'un instant musical ne peut se résumer à un vulgaire poisson d'avril. C'est un besoin vital. Nous ne souhaitons pas remettre en cause la stratégie sanitaire, même si notre opinion diverge des décisions prises par nos gouvernements, mais il est de notre devoir de prendre nos responsabilités et de concrétiser cette grande fête car nous revendiquons notre droit de nous réunir entre citoyens informés et libres (…) Vu la dégradation de l'état psychique des jeunes, nous pensons que les conditions proposées pour cette fête ne représentent dès lors aucun danger sanitaire. Nous voulons nous persuader que ni la police, ni les autorités, ni la justice ne souhaitent exercer une répression à l'encontre de cette jeunesse au bord du burn out. Une jeunesse qui s'est déjà beaucoup sacrifiée alors qu'elle n'est pas menacée par ce virus. Nous ne souhaitons aucun débordement et aucun trouble lors de cet événement que nous espérons mémorable. Nous voulons juste faire la fête comme si c'était la dernière fois. Comme si nous pouvions succomber demain à un virus sorti de nulle part. Si un coupable devait être désigné, notre collectif endosserait la responsabilité. Nous ne nous cacherons pas derrière un poisson d'avril. Nous sommes prêt à devenir les martyrs des fêtes sauvages car cette cause est noble et plus que jamais d'utilité publique ».

De son côté, la police tient à faire savoir qu’elle sera présente « aussi bien au Parc du Cinquantenaire qu’au Bois de la Cambre » ce vendredi pour empêcher la tenue de « L’abîme ».

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo