Abonnez-vous pour 1€

Quinze mois de prison pour un Spadois coupable de harcèlement téléphonique et de violence

Trois femmes avaient intenté un procès au Spadois devant le tribunal, deux pour viols, la troisième pour violences et harcèlement.
Trois femmes avaient intenté un procès au Spadois devant le tribunal, deux pour viols, la troisième pour violences et harcèlement. - Prétexte/Photonews

Lors de l’audience précédente, le prévenu avait reconnu avoir porté des coups à une jeune fille handicapée avec laquelle il a entretenu une relation amoureuse. Il avait par contre contesté les viols et attentats à la pudeur pour lesquels deux autres jeunes femmes avaient porté plainte.

Dans son réquisitoire, le ministère public avait détaillé les différentes préventions reprochées au prévenu. Deux jeunes femmes avec lesquelles il avait été en couple l’avaient accusé de violences sexuelles et pour l’une d’entre elles, de harcèlement téléphonique.

Alors que le ministère public avait réclamé une peine de 66 mois, soit cinq ans et demi de prison, le Spadois né en 1990 a finalement écopé d’une peine de 15 mois avec sursis probatoire.

Le prévenu qui niait les faits de viol a été acquitté de ces préventions au bénéfice du doute. Seules les préventions de coups et blessures et le harcèlement téléphonique ont été établies à suffisance.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche: