Un risque minime... à courir: le vaccin AstraZeneca aurait des effets non désirés dans 1 cas pour 100.000 doses

Le vaccin AsrtraZeneca engendre de nombreuses questions mais son efficacité est démontrée.
Le vaccin AsrtraZeneca engendre de nombreuses questions mais son efficacité est démontrée. - Belga

1 D’où provient le vaccin AstraZeneca ?

AstraZeneca est un groupe pharmaceutique suédo-britannique, dirigé par un Français. Son vaccin a été mis au point en collaboration avec l’université d’Oxford, à partir de l’adénovirus d’un chimpanzé. Il est injecté impérativement dans les muscles.

2 Combien de vaccinés ont-ils à ce jour subi de graves complications ?

C’est difficile de donner un chiffre précis, parce que les données restent à ce jour très parcellaires. Mais quelque 62 cas de thromboses veineuses cérébrales ont été observés, dont 44 en Europe après vaccination. Au moins quatorze décès ont été constatés, mais le chiffre semble assez sous-estimé, puisque l’Allemagne évoque déjà 9 morts, le Royaume-Uni 7, la France 4 et la Norvège 3.

3 Quels sont les problèmes qui ont été observés ?

On parle de thromboses cérébrales, c’est-à-dire de formation de caillots sanguins au cerveau, mais ce ne sont pas de banales thromboses, comme on l’avait initialement dit. Le phénomène observé ici serait très inhabituel et même rare, on parle de thromboses des grosses veines, atypiques par leur localisation (cérébrale en majorité, mais également digestive), pouvant être associés à une thrombopénie (un déficit en plaquettes sanguines) ou à des troubles de coagulation, en l’occurrence des hémorragies. Selon les spécialistes, ce tableau spécifique fait penser à un phénomène appelé « coagulation intravasculaire disséminée », bref ce sont des « syndromes assez exceptionnels », qu’on rencontre habituellement dans le cadre d’infections sévères.

3 Ces effets non désirés sont-ils liés à une réaction immunitaire ?

Selon des chercheurs allemands et autrichiens, oui. Ils ressembleraient à la thrombopénie induite par l’héparine. Cette TIH est une réaction immunitaire anormale, grave et rare, déclenchée chez certains patients par un médicament anticoagulant, l’héparine. Les problèmes après le vaccin d’AstraZeneca peuvent s’expliquer par « une puissante réponse immunitaire » déclenchée par l’injection. Un collectif de chercheurs et de médecins français (« Du côté de la science ») penche lui aussi pour l’hypothèse d’« une réaction immunitaire intense ». Il juge possible que le point de départ soit « l’injection accidentelle du vaccin dans une veine au sein du muscle deltoïde » (de l’épaule) qui engendrerait une réaction immunitaire discordante .

4 Est-on sûr que le vaccin est bien la cause des effets non désirés ?

Non, rien n’a encore été prouvé, mais on peut très raisonnablement penser qu’il y a un lien avec le vaccin. « Tous les cas, estime Pål André Holme, le professeur norvégien qui les étudie, ont eu ces symptômes de trois à dix jours après l’inoculation du vaccin d’AstraZeneca. Nous n’avons trouvé aucun autre facteur déclencheur. »

5 Y a-t-il des facteurs de risques spécifiques liés au vaccin d’AstraZeneca ?

Apparemment oui, mais là non plus on n’est encore sûr de rien. La plupart des cas problématiques concernent des gens de moins de 65 ans, et ce sont en majorité des femmes. Ce qui peut venir du fait que le vaccin a initialement surtout été utilisé sur des jeunes. Pour les femmes, l’explication est peut-être à trouver dans le fait que le vaccin a beaucoup été injecté aux professionnels de santé (c’est une catégorie prioritaire) or parmi ces professionnels de la santé, on trouve une grande proportion de femmes… Mais d’autres facteurs de risque spécifiques comme l’âge ou des problèmes de caillots sanguin par le passé n’ont pas été mis en évidence.

Notre sélection vidéo