Hausse des permis boîte automatique

Hausse des permis boîte automatique

L’année dernière, 73.736 nouveaux permis B ont été délivrés sur l’ensemble de la Belgique, un chiffre particulièrement bas à cause de la fermeture, durant de longues semaines, des auto-écoles et des centres d’examens. Mais au-delà de la crise sanitaire, on passe de moins en moins son permis, surtout parmi les 18-20 ans. Le SPF Mobilité comptabilisait ainsi en 2019 un total de 97.361 permis dont un obtenu à l’âge de 76 ans. En 2018, nous étions encore à 111.991 (un conducteur avait 79 ans), contre 120.509 en 2017 et 125.276 en 2016, ce qui est dans la moyenne annuelle depuis 2005. Une exception toutefois en 2011 et 2010 qui ont cartonné avec respectivement 133.234 et 136.868.

Dans cette tendance à la baisse, le permis pour les voitures munies d’une boîte automatique progresse, de 3.161 en 2015 à 4.580 en 2019. Pour 2020, on retombe à 3.887 mais le Covid-19 est passé par là.

Les auto-écoles sont conscientes de cet intérêt croissant. « Chaque année, le nombre de véhicules automatiques augmente afin de répondre à la demande des clients », relève David Barattucci, de la Fédération des auto-écoles agréées.

« Par le passé, l’automatique avait une mauvaise image. Seuls les gens qui avaient des problèmes avec le changement de vitesses se rabattaient dessus. Maintenant ce n’est plus le cas », observe le représentant du secteur. Et d’ajouter : « Pour les camions et les bus, on ne passe plus que des permis en automatique ».

« Attention », prévient Benoît Godart de l’Institut Vias. « La personne qui obtient un permis avec une automatique a un code spécifique. Elle ne peut pas rouler avec une manuelle, ce qui peut entraîner des difficultés par la suite. » Un travailleur ne pourra ainsi pas utiliser la voiture de service de son entreprise. Ou impossible d’endosser le rôle de Bob pour un ami qui a trop bu.

Un peu d’auto-école

« Je suppose que beaucoup de ces personnes apprennent avec la voiture de la famille. Elles n’ont pas d’autres choix », estime Benoît Godart qui préconise de prendre quelques heures en auto-école afin de pouvoir présenter le pratique en manuel.

« Effectivement, nous avons des candidats qui viennent pour quelques heures en manuel. Quand on sait conduire, l’apprentissage de l’embrayage peut aller très vite », indique David Barattucci, de la FAA. D’après son expérience, il estime qu’une automatique permet à l’instructeur de mieux préparer l’élève. « Avec une manuelle, il faut entre cinq et dix heures pour maîtriser le véhicule. Avec une automatique, c’est cinq heures maximum. On peut donc développer davantage l’insertion dans le trafic et donner plus d’expérience. »

Même s’il n’y a plus de pédale d’embrayage, beaucoup d’automatiques offrent aujourd’hui la possibilité de changer les vitesses soi-même. Les auto-écoles sensibilisent à cet aspect qui peut être bien utile en montagne et éviter ainsi des freinages intempestifs.

49,4% de nouvelles immatriculations en 2020

Toutes technologies confondues, les automatiques ont représenté 49,4 % des voitures neuves en 2020, selon la Fébiac. Un taux en hausse continue : 42,9 % en 2019, 38,3 % en 2018, 34,1 % en 2017 et 28,1 % en 2016.

Les hybrides plug-in et les 100 % électriques dopent le marché, mais pas seulement. BMW ne commercialise plus son X3 qu’en version automatique. Idem pour la nouvelle Class C chez Mercedes. « Pour la Class A et la Class B, 80 % des commandes sont des automatiques. Les boîtes d’aujourd’hui sont si efficaces qu’elles émettent moins de CO2 que les manuelles », indique Bastien Van den Moortel de Mercedes. « Pour la Golf, nous sommes à 45 % de ventes en automatique. Nous oscillons entre 80 et 90 % pour les Tiguan, Passat et Arteon. Touareg est à 100 % », détaille Jean-Marc Ponteville de Volkswagen. Pour une Polo essence 95 cv, le prix passe de 19.630 à 21.100 €. Pour une Passat 1.500 6 vitesses, le surcoût est inférieur à 3.000 € (38.380 au lieu de 35.520). « La boîte automatique implique toujours un supplément de prix. Mais plus on en fabrique, moins il est élevé », conclut Bastien Van den Moortel de Mercedes.

Notre sélection vidéo