Abonnez-vous pour 1€

ÉDITO – AstraZeneca: un plan pour éviter la méfiance

ÉDITO – AstraZeneca: un plan pour éviter la méfiance

Notre coup de sonde ce jeudi dans plusieurs centres de vaccination wallons ne laisse planer aucun doute. Les derniers rebondissements ont considérablement entamé la confiance des Belges dans le vaccin AstraZeneca. En France, la méfiance dans le produit anglo-suédois atteint des niveaux vertigineux, près de 77 % selon un sondage. La campagne de vaccination, seule solution efficace à ce jour contre le virus, se serait bien passée de ce contretemps. Car si les politiques et la plus grande partie des scientifiques se veulent rassurants, la gestion chaotique du vaccin AstraZeneca pollue la vaccination.

À ce stade, une réflexion s’impose pour remobiliser les troupes. Car la séquence est catastrophique de A à Z: en janvier, AstraZeneca ne devait pas être administré aux personnes âgées. Sont venus ensuite les retards de livraison, les suspicions de « fuite » des stocks européens et la suspension des pays européens (à l’exception de la Belgique) après des cas suspects de thromboses. Puis ce fut le changement de nom improbable. Ou encore l’argumentation officielle qui prétend que les bénéfices sont supérieurs aux doutes, comme s’il s’agissait d’une loterie… Enfin, ce mercredi, la décision de plusieurs pays de réserver ce vaccin uniquement aux personnes âgées a semé encore un peu plus le doute. Aujourd’hui, à tort ou à raison, ce vaccin semble « rejeté ». Et il n’existe pas 36 solutions pour regagner la confiance : soit le remettre au frigo pour quelques semaines ou quelques mois, soit entamer une grande opération publique de transparence, de pédagogie et de sensibilisation.

Notre sélection vidéo