Abonnez-vous pour 1€

À 46 ans, elle est obligée de se laver à l’évier et de dormir dans le canapé après un accident de vélo: «Nous ne pouvons pas continuer comme ça»

Photo
À 46 ans, elle est obligée de se laver à l’évier et de dormir dans le canapé après un accident de vélo: «Nous ne pouvons pas continuer comme ça»
Facebook

Lorna Featherstone, une Britannique de 46 ans, a été victime d’un accident de vélo il y a cinq ans. Depuis, la quadragénaire est handicapée et ne peut plus monter à l’étage de sa maison. Durant trois ans, elle a été obligée de se laver à l’évier et de dormir dans le canapé, en attendant que les rénovations soient faites.

William Rhodes, compagnon de Lorna âgé de 55 ans, a expliqué à Hull Live que cela ne pouvait plus durer et qu’il voulait juste que Lorna ait à sa disposition un endroit approprié pour qu’elle puisse se laver et dormir correctement. Il a également expliqué que le conseil municipal de Hull avait construit pour eux une dépendance, mais que les rénovations promises il y a trois ans n’avaient pas encore été effectuées.

William a confié que sa famille se trouvait dans une situation alarmante, leur fille de 22 ans Addison souffrant du syndrome d’Asperger et Lorna ne pouvant plus se déplacer sans son déambulateur. D’après le père de famille, ils ont tous les trois eu des pensées suicidaires ces derniers temps. « Lorna est tombée d’un vélo il y a cinq ans et l’accident l’a laissée lourdement handicapée. Elle souffre également de maladies à vie qui s’aggravent progressivement, et la maladie d’Addison aussi », explique encore William, dévasté.

En plus de ces complications, Lorna n’a plus d’emploi : « Elle a été licenciée de son travail parce que l’entreprise ne pouvait pas s’adapter à ses handicaps, ils ont essayé de mettre les choses en place pour elle, mais ses conditions ont empiré ». William ajoute : « Il y a trois ans, le conseil a construit une ‘pièce extérieure’ à notre maison et a installé un monte-escaliers pour Lorna, mais ils ont dû l’enlever parce qu’elle ne peut pas l’utiliser, le gars qui l’a installé a dit qu’elle faisait partie des 0,1 % qui ne pouvaient pas l’utiliser », témoigne encore William.

Depuis lors, rien n’a été fait au niveau de l’annexe et des infrastructures pour Lorna. « Ma compagne fait la lessive dans l’évier du rez-de-chaussée et dort sur le canapé depuis trois ans. Ma fille a reçu un diagnostic de maladie d’Asperger à l’âge de 16 ans, je les soigne à plein-temps et je vis avec 65 livres (75 euros) par semaine. Je veux juste un endroit pour ma compagne pour qu’elle puisse dormir et se laver correctement. Nous ne pouvons pas continuer comme ça », déplore le quinquagénaire.

Notre sélection vidéo