Après un an de confinement, faudrait-il envisager une autre stratégie pour gérer la crise? «C’est très difficile. Peut-être faut-il y réfléchir»

Après un an de confinement, faudrait-il envisager une autre stratégie pour gérer la crise? «C’est très difficile. Peut-être faut-il y réfléchir»

Les chiffres des contaminations diminuent depuis plusieurs jours en Belgique et un nouveau Comité de concertation se réunira ce mercredi. Est-ce que la situation épidémiologique permet d’envisager une réouverture de l’horeca le 1er mai ?

« On commence à avoir un bégaiement de la courbe au niveau des soins intensifs. On est encore très très haut par rapport à ce qu’on avait avant le début de cette troisième vague. On est très très loin des 300 lits de soins intensifs occupés, par exemple. Donc, on a peut-être quelques craintes pour savoir où on sera d’ici deux à trois semaines, au moment de la réouverture justement », a expliqué Yves Van Laethem à RTL Info.

Voilà maintenant un an que nous sommes confinés. Les chiffres diminuent lorsque des mesures sont prises mais augmentent à nouveau dès qu’on les assouplit. Pourrait-on imaginer une autre stratégie en Belgique ? « C’est très difficile effectivement. Parce que l’autre voie ce serait de dire aux gens qui ne sont pas encore vaccinés, qui sont à risque de rester isolés pendant un certain temps, d’avoir trois semaines à un mois d’isolement relativement important des gens qui ne sont pas encore vaccinés. En permettant, à ce moment-là, aux personnes qui courent moins de risque, comme les jeunes, d’avoir plus d’activités. », commence Yves Van Laethem. « C’est une balance qu’on n’a jamais voulu faire dans notre pays. De demander aux plus fragiles de prendre plus de précautions. Mais peut-être faut-il y réfléchir », conclut-il.

Notre sélection vidéo