Abonnez-vous pour 1€

Grosse frayeur pour Rémi en rentrant du supermarché: «Elle se mettait en position défensive et levait ses pattes avant comme si elle allait bondir!»

Grosse frayeur pour Rémi en rentrant du supermarché: «Elle se mettait en position défensive et levait ses pattes avant comme si elle allait bondir!»
Via VDN

Si Rémi, prénom d’emprunt, en rigole aujourd’hui en se disant qu’une morsure de la bestiole l’aurait peut-être « immunisé contre le Covid », le Douaisien n’en menait pas large, vendredi, à l’heure du déjeuner. « J’avais fait mes courses dans la matinée à l’hypermarché de Flers où j’ai acheté cet ananas pour faire un gâteau. Le fruit venait du Costa Rica. Au moment où je l’ai tranché pour retirer la partie haute avec un couteau, une araignée de cinq centimètres de diamètre, avec de gros yeux et des traits orange sur le dos a surgi de la couronne de feuilles et s’est mise à se balader sur le plan de travail. Elle se mettait en position défensive quand je m’approchais d’elle. Elle levait ses pattes avant, comme si elle allait bondir », explique-t-il auprès de nos confrères de la VDN.

Rémi ne croyait pas si bien dire. Après avoir réussi à capturer la bête et à l’emprisonner dans une boîte couverte de film plastique, il s’est rendu à la caserne des pompiers de Douai, qui a contacté le docteur Leroy. Vétérinaire et pompier volontaire, il a pu identifier l’arachnide. « D’après des sources concordantes, il s’agit d’une araignée sauteuse, précise le véto. Elle a dû faire le voyage parmi la cargaison de fruits. C’est une espèce exotique qui n’est pas venimeuse ». « Avec mon épouse, on a quand même eu peur d’être piqués », poursuit Rémi, qui a fini par jeter l’ananas à la poubelle, après avoir réduit les feuilles en morceaux pour s’assurer que la passagère clandestine n’était pas accompagnée. « Elle a eu aussi peur que nous », confie le Douaisien, qui attend aujourd’hui « un geste commercial » de la part de la grande surface qui lui a vendu le fruit.

L’animal, quant à lui, a été remis à un particulier, titulaire d’un certificat de capacité, qui lui offrira désormais le gîte et le couvert. Le long et périlleux voyage de l’araignée sauteuse depuis l’Amérique centrale devrait s’arrêter là.

Notre sélection vidéo