Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus: selon une étude, «les mesures contre la troisième vague ont été inefficaces et infondées»

Coronavirus: selon une étude, «les mesures contre la troisième vague ont été inefficaces et infondées»
Belga

Le pic de l’épidémie est arrivé de manière beaucoup trop rapprochée pour que ce « troisième confinement » ait un réel impact, argumente le think thank formé entre autres de professeurs et chercheurs mathématiciens, virologues, médecins ou encore anthropologues et politologues.

Ils pointent que le nombre de cas avait déjà commencé à descendre alors que les restrictions n’avaient pas encore eu le temps de faire effet. Une évolution « prévisible au moment de la tenue du Codeco », estiment-ils, « à condition de regarder l’ensemble des indicateurs et en particulier le point d’inflexion des cas positifs ».

Le collectif observe par ailleurs que les indicateurs n’ont pas évolué de manière exponentielle au cours de la troisième vague, contrairement aux deux précédentes : la hausse était continue, mais relativement lente. « Il n’y avait donc pas lieu de craindre une saturation des services hospitaliers », juge-t-il.

L’école n’était en outre pas le moteur de l’épidémie, poursuit l’étude. « Tous les indicateurs disponibles montrent que la situation n’a pas évolué de ce point de vue depuis la fin de la deuxième vague », écrivent les auteurs. Des données qui rejoignent selon eux la littérature scientifique ainsi que les rapports de l’Institut de santé publique Sciensano.

En plus de provoquer des dégâts sociaux, éducatifs et psychologiques, fermer les écoles constitue pour eux un risque : cela conduit à adopter des comportements « potentiellement plus dangereux que le fait de laisser les écoles ouvertes », comme faire garder les enfants par les grands-parents ou voir ses amis en dehors du cadre scolaire.

« La décision d’opérer un troisième confinement s’est faite dans un contexte de peur, peu propice à une analyse rationnelle et prudente des données à disposition », regrette le collectif, qui plaide pour annuler le plus vite possible ces mesures. Les experts demandent que les classes du secondaire rouvrent complètement en présentiel et que l’horeca reprenne ses activités le 1er mai comme annoncé.

« Il importe de changer de méthode dans la gestion de l’épidémie et dans la prise de décision afin d’éviter que le reconfinement apparaisse comme la solution dès que les services hospitaliers sont sous tension », conclut le think thank.

Notre sélection vidéo