«Desperate Housewives», «Lost», «X-Files»… où revoir vos séries cultes en streaming?

Photos
«Desperate Housewives» (que rediffuse aussi actuellement AB3) n’a pas pris une ride !
«Desperate Housewives» (que rediffuse aussi actuellement AB3) n’a pas pris une ride ! - Disney

« Desperate Housewives »

Années : de 2004 à 2012

Saisons : 8

Episodes : 180

A voir sur : Disney+/Star

Mais que peut-il bien se passer derrière les façades des maisons proprettes d’une banlieue calme des Etats-Unis ? Bienvenue à Wisteria Lane ! Durant huit ans, la série de Marc Cherry va nous montrer l’envers du décor d’une Amérique parfaite en apparence, mais où les sourires des femmes au foyer cachent souvent des drames et des souffrances. Près de dix ans après l’arrêt de la série, les mésaventures de Lynette, Brie, Gaby et Susan n’ont pas pris une ride. Le casting est juste parfait, les dialogues ciselés comme un ouvrage de dentelles, la réalisation peaufinée. On passe sans cesse du rire aux larmes. Et même si la dernière saison est sans doute celle de trop et que le coup, chaque année, de l’arrivée des « nouveaux voisins qui cachent un secret » finit par être répétitif, on n’a pas fait mieux dans le genre depuis !

« Lost »

Années : 2004 à 2010

Saisons : 6

Episodes : 121

A voir sur : Disney+/Star

Disney

Fin 2004, Jack, Kate, Sawyer, Locke et les survivants du vol 815 d’Oceanic Airlines atterrissent dans nos salons pour une des séries les plus innovantes de la décennie 2000. Les aventures de nos rescapés sur l’île fantastique vont tenir en haleine des millions de téléspectateurs. Outre un casting parfait, le scénario se démarque par l’usage novateur des flash-back, mais aussi, dès la saison 4, des flash-foward (les bonds en avant dans le temps) et, finalement, des flash-sideways (si, si ça existe), qui nous montrent une réalité parallèle. Si les effets spéciaux ont pris un petit coup de vieux (argh, les ours polaires dans la jungle) et que la dernière saison s’égare en route pour s’achever sur un final cathartique qui laisse dubitatif (quoi qu’en le revoyant, il tient mieux la route que la première fois), on est face à une des séries les plus malignes et les mieux réalisées qu’un grand network ait jamais produite, qui résiste totalement à une seconde vision. La griffe J.J. Abrams est intacte et, plus de dix ans après son arrêt, la série continue d’alimenter les théories chez les fans. N’hésitez pas à la montrer à vos enfants : les ados d’aujourd’hui qui n’avaient pas vécu le phénomène à l’époque risquent bien de se faire avoir à leur tour par les cliffhangers d’enfer (celui du dernier épisode de la saison 3 laisse toujours bouche bée !).

« X-Files : Au-delà du réel »

Années : de 1993 à 2002 (et de 2016 à 2018)

Saisons : 11

Episodes : 218

A voir sur : Amazon Prime et Disney+/Star

Fox

Quand les agents du FBI Fox Mulder et Dana Scully débarquent au début des années 90 dans leurs costumes gris et leurs impers à épaulettes pour enquêter sur des phénomènes paranormaux, ils font un peu office d’ovnis. A l’image de ceux qu’ils pourchassent, puisqu’au cours des onze saisons (et deux films) que comptera la série, il est surtout question de « petits gris » et de théories du complot. D’ailleurs, « La vérité est ailleurs », le leitmotiv de l’agent Mulder, pourrait presque sonner comme un slogan conspirationniste aujourd’hui. Mais en ce temps-là, il était encore mâtiné de mystère et de soucoupes volantes. Dire que la série de Chris Carter a bien vieilli serait mentir, mais elle garde le charme désuet de son époque, celle où on « appelait » Internet au téléphone et où les gsm avaient la taille d’un parpaing. Reste ce générique culte, électro et entêtant, composé par Mark Snow, et le binôme irrésistible formé par Gillian Anderson et David Duchovny, dont le départ en fin de saison 7 laissera les fans inconsolables. Ressuscitée en 2016 pour deux saisons événementielles (disponibles sur Amazon mais pas encore Disney+), « X-Files » ne retrouvera toutefois jamais la magie des débuts.

« 24 heures chrono »

Années : 2001 à 2010 (et 2014)

Saisons : 9

Episodes : 204

A voir sur : Netflix et Disney+/Star

Fox

Il court, il court Jack Bauer ! Il ne va d’ailleurs faire que ça durant neuf saisons pour à chaque fois sauver le monde. En 2001, « 24 heures chrono » révolutionne le petit écran avec sa narration en temps réel et l’utilisation du split-screen. Bien sûr, à chaque saison, l’intrigue devient de plus en plus dure à gober et certains rebondissements ne résistent pas à une seconde vision. Quant à Kim Bauer (la fille de Jack), elle est définitivement un des personnages les plus exaspérants de l’histoire de la télé. Et pourtant, on marche à fond, tant la réalisation est efficace et le suspense bien amené, avec ce chrono qui n’en finit pas de défiler. Et puis, il y a Jack, le seul, l’unique, campé par un Kiefer Sutherland habité par le rôle. Un anti-héros toujours borderline aux méthodes plus que contestables. Ce qui a vieilli le plus finalement ? Le fait que chaque saison (hormis la dernière) s’étale sur 24 épisodes. C’est évidemment le concept du feuilleton, mais à l’heure des séries de Netflix dont l’intrigue est pliée en 10 épisodes, on n’est plus habitués à voir une histoire s’étaler sur autant de temps. Mais rien n’empêche de s’enfiler les épisodes à la chaîne. « 24 heures chrono » est d’ailleurs la série qui a lancé la mode du binge watching lors de sa sortie en DVD. Avec une bonne décennie d’avance sur Netflix.

« Prison Break »

Années : 2005 à 2009 (et 2017)

Saisons : 5

Episodes : 90

A voir sur : Netflix et Disney+/Star

Fox

La grande évasion version petit écran. Le concept de base est juste génial (un homme se fait incarcérer exprès en prison pour tenter de faire évader son frère, condamné à mort). Mais on doit bien admettre que la série a mal vieilli. Le jeu des acteurs est trop caricatural, la réalisation assez banale, les dialogues peu subtils. La première saison demeure néanmoins bigrement efficace. Mais c’est à partir de la deuxième que ça se gâte. Et on ne vous parle pas des suivantes, qui versent dans le n’importe quoi. On se perd dans une intrigue sans queue ni tête liée à un grand complot et les scénaristes n’hésitent pas à ressusciter des personnages censés être morts. On est très loin de la qualité des séries actuelles des plateformes de streaming. A noter que « Prison Break » est aussi disponible sur Amazon, mais pas en français.

Notre sélection vidéo