Abonnez-vous pour 1€

Ouverture forcée de l’Horeca le 1er mai, 2 bourgmestres sur 10 ne chasseront pas les fraudeurs: «Je ne ferai rien, sauf s’il y a des débordements»

Manifestation de l’horeca à Spa
Manifestation de l’horeca à Spa - O.G.

Si la plupart des bourgmestres regrettent la décision de postposer l’ouverture d’une semaine, ils sont en réalité peu nombreux à affirmer clairement qu’ils n’interviendront pas. Parmi les plus catégoriques, nous retrouvons notamment le bourgmestre d’Ecaussinnes, Xavier Dupont : « Pour être clair, le 1er mai, je ne ferai rien, sauf s’il y a des débordements et de grands rassemblements de foule. » Le bourgmestre de Bernissart, Roger Vanderstraeten, confirme lui aussi son soutien « parce que je suis totalement contre le fait qu’on autorise les voyages non essentiels alors que l’Horeca est à l’arrêt depuis des mois », justifie-t-il.

► Découvrez ici en exclusivité notre grande enquête auprès de nos bourgmestres.

► Sur les quelque 70 bourgmestres sondés, une petite quinzaine confie au final qu’ils ne lanceront pas la chasse aux sorcières.

► La situation dans toute la wallonie.

Quelques bourgmestres nous ont également confié que s’ils ne fermeront pas les yeux, ils n’enverront pas pour autant tout de suite la police sur place. « Je pense que je me déplacerai moi-même sur les lieux pour convaincre les gens », avance par exemple Christian Moureau, à Morlanwelz.

Du côté de l’Horeca on est plutôt anxieux à l’idée que les perspectives soient reportées. Ce qui ne serait pas une première.

► Et vous ? Que pensez-vous de réinvestir les terrasses le premier mai : les réponses de votre sondage ici  !

Notre sélection vidéo