Abonnez-vous pour 1€

La Finlande propose d’accueillir un sommet Biden-Poutine

La Finlande propose d’accueillir un sommet Biden-Poutine
Isopix

Le pays nordique, qui avait déjà accueilli un sommet entre Donald Trump et Vladimir Poutine en juillet 2018, «a fait part à la fois à Washington et à Moscou» de sa «disponibilité à organiser» la rencontre, qui serait la première entre les deux hommes, a indiqué à l’AFP le cabinet du président finlandais Sauli Niinistö.

Mardi, lors d’un appel téléphonique avec Vladimir Poutine, Joe Biden avait formulé l’offre d’un sommet «dans un pays tiers» et «dans les prochains mois», une proposition confirmée mais pas encore acceptée par le Kremlin, sur fond de tensions autour de l’Ukraine.

L’Autriche s’est également dite prête vendredi à accueillir la rencontre si Washington et Moscou le souhaitaient. Le pays «se tiendra naturellement toujours disponible pour accueillir des entretiens de haut niveau de toutes sortes. Les deux parties savent que nous sommes prêts», a indiqué à l’AFP le ministère des Affaires étrangères autrichien.

Mélangeant la contre-attaque et la main tendue, Joe Biden a annoncé jeudi une série de sanctions financières sévères contre la Russie et l’expulsion de dix diplomates russes, suscitant l’ire de Moscou, mais a aussi renouvelé sa proposition de sommet avec Vladimir Poutine pour engager la «désescalade» des tensions.

Le voeu américain est que la rencontre ait lieu en Europe «cet été».

Malgré un passé douloureux, la Finlande - qui n’est pas membre de l’Otan - entretient avec la Russie des relations diplomatiques proches, faisant du pays nordique un pont diplomatique avec Moscou. Le président finlandais Niinistö, un partisan du maintien du dialogue avec la Russie, avait eu un «long» entretien avec Vladimir Poutine mardi soir, lors duquel la possible rencontre avec Joe Biden avait été évoquée, selon Helsinki. Si ses pouvoirs exécutifs sont limités, le mandat du président en Finlande inclut la diplomatie, hors relations avec l’Union européenne.

Ces discussions autour d’un sommet interviennent alors que l’Ukraine affirme être sous la menace d’une action armée de Moscou et réclame à cor et à cri de pouvoir entrer dans le giron de l’Alliance atlantique et de l’Union européenne.

La Russie a déployé ces dernières semaines des dizaines de milliers de soldats à la frontière avec l’Ukraine et en Crimée, péninsule qu’elle a annexée en 2014.

Notre sélection vidéo