« Top chef 2021 », épisode 10 : il joue avec le feu et se brûle, après sa quatrième « dernière chance »

Qui d’Arnaud, Baptiste ou Matthias a dû ranger ses couteaux et quitter les cuisines de «Top Chef» ?
Qui d’Arnaud, Baptiste ou Matthias a dû ranger ses couteaux et quitter les cuisines de «Top Chef» ? - RTL / M6 Captures d’écran

Comme chaque semaine, Ciné-Télé-Revue vous propose un récapitulatif des moments les plus marquants de cette douzième saison de « Top Chef ».

Pierre se relève !

L’ex-candidat violet et actuel membre solitaire de la brigade Sarran avait signé son grand retour dans le concours, lors du huitième épisode. Mais sa première semaine de réintégration avait été relativement décevante. Pierre devait donc à tout prix prouver de quoi il était capable sur l’épreuve d’Arnaud Donckele. D’autant que le candidat jaune avait déjà collaboré avec le chef-invité dans le passé. Une pression énorme, qu’il a su gérer avec brio.

Le défi lancé par le chef Donckele était le suivant : réaliser deux sauces exceptionnelles avec des textures différentes, accompagnant une volaille. D’entrée de jeu, les sauces de Matthias et Bruno ont été éliminées. De même que celles de Sarah, ayant – une fois de plus – douté de ses capacités sur ce défi très technique, n’ayant jamais travaillé dans un restaurant étoilé.

Les plats de Baptiste, Arnaud, Mohamed et Pierre ont ainsi été dégustés. Si Arnaud Donckele s’est montré très enthousiaste pour chacune des assiettes, l’une d’elle l’a particulièrement marqué... à savoir celle de Pierre ! Ses jus de volaille au curry vert, tomates et marjolaine ont réveillé les papilles du cuisinier trois étoiles, qui a tout naturellement décidé d’accorder la première place à son ex-collègue. Favoritisme ou coup de chance ?

Arnaud, Baptiste et Matthias broient du noir

Les six candidats toujours en lice ont ensuite affronté une épreuve mythique de « Top Chef » : la fameuse « boîte noire ». Plongés dans le noir le plus total, les deux premiers cuisiniers de chaque équipe ne disposaient que d’une minute pour reconnaître un plat uniquement au goût et au toucher. En cours d’épreuve, les chefs de brigade ont pu faire de même. Et au moment du dressage, un troisième candidat a eu l’occasion d’aider ses coéquipiers en allant voir le plat au sein de la boîte, illuminée pour l’occasion. Le chef Gilles Goujon était à l’origine de l’assiette à reproduire. Le Meilleur ouvrier de France avait préparé un plat monochrome noir, à base d’encre de seiche, de poulpes, de calamars et de pistes de Méditerranée.

Une assiette noire pour la « boîte noire » : il fallait y penser. Mais en déceler les ingrédients rien qu’au goût et au toucher ne fut pas chose aisée… surtout pour l’équipe d’Arnaud, Baptiste, Matthias et les chefs Paul Pairet et Michel Sarran. De l’autre côté, la team de Mohamed, Bruno, Sarah, Philippe Etchebest et Hélène Darroze semblait avoir un palais plus fin et des yeux plus affutés, parvenant immédiatement à deviner la thématique des céphalopodes… contrairement à leurs adversaires, partis sur des saveurs de poisson. Cela s’est d’ailleurs ressenti au moment de la dégustation. Bien que visuellement proche du plat de Gilles Goujon, la première équipe est totalement passée à côté du goût. La victoire fut donc sans appel pour Mohamed, Bruno et Sarah.

La dernière chance de trop

L’élimination s’est alors jouée entre Arnaud, Baptiste et Matthias. Les trois chefs ont eu une heure pour défendre leur place dans le concours, en réalisant une assiette gastronomique à base de légumes oubliés. Si les panais et rutabagas d’Arnaud ont récolté tous les suffrages du jury, l’association panais / agrumes de Matthias et le topinambour gourmand de Baptiste ont dû être départagés.

Et c’est finalement Baptiste qui a dû ranger ses couteaux, après quatre « dernières chances » disputées et remportées sur dix semaines de compétition. Comme quoi, ça ne peut pas marcher à tous les coups. Dommage pour le chef de 33 ans à la cuisine « funky, sexy, tasty », qui comptait se battre jusqu’au bout pour un ami, décédé dans un accident de voiture.

La semaine prochaine…

Nous aurons droit à une épreuve mythique du concours : la fameuse guerre des restos ! Cette année, les candidats auront 48h pour imaginer et concevoir leur propre restaurant, avec un menu servi à table et… à décliner pour un service de livraison à domicile ! Un challenge d’actualité, en pleine crise sanitaire.

Notre sélection vidéo